The Conversation, 7 juillet 2016

Par Vanessa Jérome, politologue et sociologue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Labex Tepsis)

« Outsiders inscrits de fait dans un champ politique dont ils contestent d’autant plus les règles qu’elles leur sont défavorables, les militants d’Europe écologie–Les Verts (EELV) considèrent l’élection présidentielle comme l’exemple paroxystique des dérives de la Ve République. Refusant la vision mythique – voire mystique – qui fait de cette élection la rencontre d’un homme et d’une nation, et contestant les représentations co-construites qui structurent le rôle présidentiel et l’image du « présidentiable » légitime, ils y participent néanmoins à chaque fois depuis leur constitution en parti politique en 1984 (Les Verts se sont, pour mémoire, transformés en EELV en 2010). »

Lire l’intégralité de l’article.

 

A propos de l’auteur Tepsis

Le Laboratoire d’Excellence (LabEx) Tepsis se donne pour objet la diversité des modes d’intervention du politique dans la Cité et dans l’espace des sociétés. Il se propose de relier l’analyse des modes de gouvernement des sociétés modernes et contemporaines et celle des pratiques sociales qui transforment les formes d’organisation et de régulation des activités humaines. Tepsis rassemble des chercheurs et des équipes appartenant à 14 Unités Mixtes de Recherche associées au CNRS, toutes évaluées A+ et A par l’AERES, et au centre de recherche de l’ENA.