« Jamais Picquart n’a été le précurseur de Zola, jamais il n’aurait écrit “J’accuse” »

Le Monde, 12/11/2019

Avec Vincent Duclert, inspecteur général de l’éducation nationale

« Dès lors que le film s’ancre dans l’histoire, on est autorisé à le juger sur son rapport à cette matière. Or je constate, pour aller à l’essentiel, que le film donne de son personnage principal, le colonel Picquart, une image qui trahit la réalité. Il y apparaît en effet comme un personnage héroïque, qui se sacrifie à la cause de Dreyfus, et qui travaille main dans la main à cet égard avec le camp des dreyfusards. Il n’en fut rien. »

Lire l’intégralité de l’article.

Pourquoi la France continue-t-elle à faire la guerre hors de ses frontières ?

France Info, 11/11/2019

Avec Grégory Daho, maître de conférences Université Paris I Panthéon-Sorbonne

« Le président Macron a inauguré cet après-midi à Paris un monument en hommage aux 549 soldats français morts en opérations extérieures depuis 1963. Qu’elles aient eu lieu au Tchad, au Liban, en Yougoslavie, en Afghanistan, En Irak, en Syrie, ou au Sahel ces opérations montrent la volonté de la France de se trouver seule ou accompagnée dans des actions militaires éloignées. Comment justifier cette projection loin de ses frontières ? Pourquoi, malgré la volonté de Paris, si peu de pays européens complètent-ils le dispositif militaire français à l’étranger ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

HITCH, UNE HISTOIRE IRANIENNE // Entretien avec Chowra Makaremi

Mediapart, 08/11/2019

Avec Chowra Makaremi, anthropologue, chargée de recherche CNRS

« Ça ne se joue pas au niveau du rapport à l’Etat où on va de bureau en bureau. Ce sont des démarches hyper dangereuses. Et comme les gens sont terrorisés par ce qui s’est passé, il n’y a pas de recherche. Donc à l’époque, personne ne m’a mis de bâtons dans les roues parce que je me suis bien gardée de faire des démarches publiques. D’ailleurs, il n’y a aucune investigation publique faite par des familles de personnes ayant été exécutées dans les années 80, simplement parce que c’est trop dangereux. » 

Lire l’intégralité de l’interview.

Frédéric Lordon interrogé par Joseph Andras

L’Humanité, 07/11/2019

Par Frédéric Lordon, directeur de recherche CNRS

« Nous sommes alors rendus aux tautologies du désir : pour sortir du capitalisme, il faut que se forme un désir de sortie du capitalisme plus grand que le désir de capitalisme. Tout dépendra des solutions qui seront proposées à cette équation. La solution « ZAD » est admirable en soi mais elle est d’une exigence qui la rend très difficilement généralisable. C’est une solution pour « virtuoses », pas pour le grand nombre. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Pollution, inondations, contaminations : comment vivre avec la peur ?

France Culture, 28/10/2019

Avec Pierre-Henri Castel, directeur de recherche CNRS, psychanalyste

« Ecrire « Le mal qui vient », c’était une manière de reprendre l’idée de pulsion de mort chez Freud. Ça permet de soulever le sens même de la civilisation et de la part d’anéantissement qu’il y a dans sa construction. »

Regarder l’intégralité de l’émission.

Climat, retraites, pauvreté : les citoyens s’impliquent

Les Echos, 26/10/2019

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« On veut créer les conditions d’une prise de parole égalitaire. Quand un citoyen maîtrise préalablement un sujet, il peut écraser la parole des autres. Si les citoyens arrivent à se mettre d’accord à l’issue d’un débat contradictoire, on aura réussi quelque chose. »

Lire l’intégralité de l’article.

Nilüfer Göle : en trente ans, « le voile a changé de signification »

Le Monde, 28/10/2019

Avec Nilüfer Göle, directrice d’études EHESS

« L’interdiction du voile intégral voté en 2004, par exemple, a été suivie dans beaucoup de pays. En Suède, une femme voilée a été élue au Parlement pour la première fois il y a un an. Aujourd’hui, il est question d’y interdire le port du voile. Depuis une décennie, l’exception française, avec le lexique de la laïcité, le modèle du républicanisme laïc que l’on opposait au multiculturalisme, fait en quelque sorte école. En Europe, on va plutôt dans le sens de l’interdit sur la visibilité musulmane dans l’espace public. »

Lire l’intégralité de l’interview.

L’époque d’Edo: longue hégémonie des shoguns au Japon

Le Figaro, 28/10/2019

Avec Guillaume Carré, maître de conférences EHESS

« L’époque d’Edo (1600-1867) nous a légué des masses d’archives sans aucune mesure avec celles des périodes précédentes de l’archipel japonais, et parmi elles des témoignages de simples particuliers comme Kawachiya Kasho (1636-1713), un notable villageois de la région d’Osaka qui a laissé à la postérité ses impressions sur son époque en écrivant notamment: «Depuis le début de (l’ère) Genna (1615-1624), tout l’Empire est heureusement pacifié, et la Voie de nos gouvernants est rectifiée. Et il n’y a plus rien de fâcheux dans les charges (dues à l’autorité publique).»« 

Lire l’intégralité de l’article.

Le travail contre la liberté. Quand les esclaves reprennent le travail

France Culture, 31/10/2019

Avec Céline Flory, chargée de recherche CNRS

« Pour aborder la notion de l’engagisme dans les Caraïbes au XIXème siècle, nous recevons Céline Flory, chargée de Recherche au CNRS, membre du bureau du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC), Laboratoire International Associé du CNRS. Elle a notamment écrit De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle, Paris, Khartala, 2015. « 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Camion de l’horreur : « Trois routes migratoires sont possibles depuis la Chine »

Le Parisien, 24/10/2019

Avec Simeng Wang, chargée de recherche CNRS

« Trois routes migratoires sont possibles. Le moyen le plus direct consiste à solliciter un visa touristique et atterrir en Europe occidentale. Deuxième approche possible, un vol un peu plus court pour arriver en Europe de l’Est, en Roumanie, Bulgarie ou Pologne par exemple. Des réseaux de passeurs prennent alors le relais. La fin du voyage à destination de la France ou de la Grande-Bretagne se fait en train, voiture ou camion. Enfin, j’ai identifié une troisième voie, plus atypique, par bateau. Je me souviens d’une personne partie de Chine en direction de l’Afrique du Sud avant de remonter jusqu’à Marseille via Gibraltar. Selon mes témoins, le prix de cette migration est compris entre 15 000 et 30 000 euros par personne. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« En Afghanistan, les dommages d’une politique étrangère américaine chaotique »

Le Monde, 24/10/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de science politique

« La politique afghane des Etats-Unis nous montre les conséquences concrètes de cette incroyable désorganisation. Rappelons que le président Trump a demandé au négociateur américain, Zalmay Khalilzad, et à son équipe de conclure rapidement un accord avec les talibans pour achever le retrait des troupes américaines avant la présidentielle américaine. Cette contrainte explique que les Américains ont essentiellement cédé aux demandes des talibans, en dépit de l’absence de garanties concernant l’organisation Etat islamique et Al-Qaida. »

Lire l’intégralité de la tribune.

De l’intervention au désengagement : la double peine

France Culture, 22/10/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de Sciences politiques Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

« Le retrait américain d’Afghanistan a échoué en raison de la corruption du régime afghan, du manque de formation de cette armée, et de l’effort de professionnalisation du régime afghan. Le vrai problème, c’est le calendrier du retrait qui est conditionné à l’ouverture des négociations inter-afghanes. Il y a un vrai consensus sur le retrait américain d’Afghanistan. On est dans un mouvement de repli identitaire dans toutes les populations occidentales.

Ecouter l’intégralité de l’émission.

« Un nouvel ordre proche-oriental se met en place, avec Poutine comme arbitre »

L’Obs, 21/10/2019

Avec Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« L’Amérique de Donald Trump est devenu un bateau ivre qui navigue de manière incohérente. Elle a dû dépêcher son vice-président et ses diplomates pour négocier un cessez-le-feu provisoire entre Ankara et les Kurdes ; les mécanismes de contrôle et d’équilibre classiques ont été déplacés du Congrès vers l’administration elle-même. »

Lire l’intégralité de l’article.

Génocide des Tutsis au Rwanda : la liste des membres de la Commission d’enquête sur les archives françaises dévoilée

TV5 Monde, 18/10/2019

Avec Vincent Duclert, inspecteur général de l’éducation nationale

« Nous nous tournons vers ces chercheurs, nous les rencontrons, nous avons déjà commencé à les rencontrer. Tout ce travail commun sera restitué dans le rapport. […] Lorsque les archives manquent, nous documentons les décisions qui laissent des traces : s’il y a des blocages d’accès aux archives, j’en rendrai compte au président de la République puis aux Français. »

Lire l’intégralité de l’article.

Eva Illouz : « Le développement personnel, c’est l’idéologie rêvée du néolibéralisme »

Usbek & Rica, 13/10/2019

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« L’idéologie du développement personnel est à la fois psychique et économique, parce que l’idée-clé sous-jacente est que c’est par le travail sur soi qu’on arrive à surmonter tous les problèmes économiques. C’est donc vraiment l’idéologie rêvée du néolibéralisme, puisque lui-même repose sur l’idée que c’est aux individus de faire le travail fait auparavant par l’État. Nous devenons responsables de notre destinée économique par le bon management de notre psyché, ce qui veut dire aussi que les destitués n’ont finalement à s’en prendre qu’à eux-mêmes, puisqu’il y a des instruments, des techniques, pour être toujours les vainqueurs, puisqu’il ne s’agit que de cela en fait. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« Pour Erdogan, la turcité doit dominer dans cette région »

France Culture, 12/10/2019

Avec Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« Je pense que la politique de chantage continue. Il y a deux jours Erdogan a menacé l’Europe d’ouvrir les frontières et de renvoyer les 3,5 millions de réfugiés. Déjà en 2015, ça avait été très clairement sa stratégie, dans un contexte extrêmement tendu notamment entre l’Allemagne et la Turquie. » 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Les clubs de lecture, ces lieux d’émancipation qui ont la cote en France

Le Berry Républicain, 13/10/2019

Avec Cécile Rabot, maître de conférences Université Paris Ouest Nanterre

« On parle beaucoup des bibliothèques, comme étant des « troisièmes lieux », des lieux où on n’est ni à la maison, ni sur son lieu de travail. Dans cette notion de 3e lieu, on a l’idée que les lecteurs se rencontrent. Si on n’organise que des expos ou des rencontres d’auteurs, il est peu probable que les lecteurs échangent. Créer des ateliers, cela permet de créer des sociabilités. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Revirement américain sur les Kurdes syriens : « Un Munich des temps modernes »

Le Monde, 11/10/2019

Par Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« Ce Munich des temps modernes est d’autant plus révoltant qu’Ankara n’a jamais fait mystère de ses objectifs : mettre en place sa politique de « dékurdification » de l’est de l’Euphrate, qu’Abdülhalik Renda, l’un des architectes du génocide des Arméniens de 1915, proposait déjà en 1925 comme solution radicale et ultime à la question kurde en Turquie. Comme les hommes de 1915-1925, ceux de 2015-2019 restent profondément attachés au darwinisme social, qui considère les communautés humaines comme des espèces en guerre pour la survie et établit un lien organique entre l’« espace », à purifier, et l’« espèce », à faire prospérer. »

Lire l’intégralité de la tribune.

Le maintien de l’ordre à la française

France Culture, 10/10/2019

Avec Patrick Bruneteaux, chargé de recherche CNRS et, Cédric Moreau de Bellaing, maître de conférences

« Quelle est l’histoire du maintien de l’ordre à la française ? Quelles sont les évolutions majeures et les  césures ? Aujourd’hui les autorités sont-elles plus violentes ou est-ce la perception de cette violence qui évolue ? 

Les forces de l’ordre savent parfaitement bien gérer le maintien de l’ordre ordinaire mais pas quand le pouvoir politique leur demande d’être plus répressif. Patrick Bruneteaux »

Ecouter l’intégralité de ce documentaire.

D’Abidjan à New Delhi : les promesses des médecines traditionnelles

France Culture, 10/10/2019

Avec Simeng Wang, chargée de recherche CNRS

« Sous l’impulsion de l’Organisation mondiale de la santé, la médecine traditionnelle fait, depuis plusieurs années, l’objet de politiques publiques dans différents pays en développement, notamment africains et asiatiques. 

Entre promotion des méthodes ancestrales comme alternative à la biomédecine dans les pays où l’accès à celle-ci est limité et encadrement des tradi-praticiens pour prévenir le charlatanisme, le sujet s’est imposé à l’agenda de nombreux gouvernements. « 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

« L’histoire familiale est à la croisée de la grande histoire »

La Croix, 08/10/2019

Avec Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études EHESS

« La génération suivante, celle des enfants, vit avec ce silence forcé, avec ces non-dits qui peuvent peser dramatiquement sur eux. La troisième, celle des petits-enfants, est aussi celle qui pose les questions décisives, voire enquête à l’insu des protagonistes. La transmission peut se faire, ou non : grâce à leurs patients, les psys en savent long sur ces questions non posées à l’histoire familiale, et donc non résolues. »

Lire l’intégralité de l’interview.

La convention citoyenne peut-elle faire avancer la lutte contre le réchauffement climatique ?

France Culture, 07/10/2019

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« L’enjeu est phénoménal. On est dans un système politique qui n’arrive pas à traiter cette question du climat. On sait que cette question va exiger des mesures pour certaines extrêmement contraignantes qui devront être acceptées par l’ensemble de la population. Le pari ici est qu’une instance tirée au sort sera capable de produire les mesures nécessaires à cette lutte. C’est une innovation démocratique il faut tenter ça, parce que l’alternative c’est la dictature éclairée, c’est l’autoritarisme. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Actualités : « La république de Chine » et « Les prisons de la foi »

France Culture, 04/10/2019

Avec Xavier Paulès, maître de conférences EHESS

« La période républicaine de 1912-1949 a été écrite et réécrite par le parti communiste chinois dans une perspective téléologique. Il fallait expliquer la victoire de 1949 et donc noircir au maximum cette période de 1912-1949, et surtout effacer ses virtualités. Une des virtualités de cette période est que la Chine puisse devenir une démocratie parlementaire. C’est une chose qui reste à l’horizon politique de la période républicaine. La victoire du parti communiste n’était certainement pas écrite d’avance, c’est un période foisonnante qui aurait pu, et même probablement dû, se terminer d’une manière totalement différente.« 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Quand la crise des idées crève l’écran

France Culture, 05/10/2019

Avec Christophe Prochasson, président de l’EHESS et directeur d’études EHESS

« Cette fois, le cadre n’est pas celui d’un ministère mais un hôtel de ville. Celui de Lyon. Paul Théraneau y règne en maitre, il est là depuis longtemps. C’est un socialiste.  Il veut faire de sa ville la première ville de France, il caresse – pour lui-même – d’encore plus grandes ambitions.
Mais il a un problème : les idées ont déserté sa pensée. Les idées, c’est justement le monde dans lequel Alice évolue. Plus ou moins philosophe, pas très au clair sur ce qu’elle veut faire de sa vie, elle se laisse embaucher par l’équipe de Paul Théraneau pour lui rédiger des notes, lui fournir des idées. « En fait, ton boulot, c’est de prendre du recul » lui explique une de ses collègues.

Ecouter l’intégralité de l’émission.

« Pourquoi la PMA et la GPA ne sont pas “progressistes” »

Le Figaro, 04/10/2019

Par Emmanuel Désveaux, directeur d’études EHESS

« Avant, tout était simple, on était de gauche ou de droite ; on était progressiste ou conservateur. On se félicitait que les prestations sociales en faveur des plus démunis redistribuent de la richesse ou on déplorait le poids de l’impôt ; on louait la réglementation du travail ou on maudissait l’État qui empêchait d’entreprendre ; on était pour la libération des femmes et pour l’avortement ou on pensait au contraire, comme l’Église, que l’être humain est sacré dès sa conception. »

Lire l’intégralité de la tribune.

Convention citoyenne pour le climat : « Une expérience démocratique unique à l’échelle internationale »

Ouest France, 04/10/2019

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Dans une partie croissante de la population, il y a un sentiment de défiance vis-à-vis des élus politiques, un sentiment d’un déficit de représentation et de participation. Le tirage au sort et une assemblée citoyenne comme celle-là sont une réponse possible. »

Lire l’intégralité de l’article.

Michel Agier : « L’hospitalité, culture de la relation et de la circulation »

L’Humanité, 04/10/2019

Avec Michel Agier, directeur d’études EHESS

« L’hospitalité comme relation sociale a l’avantage de reconnaître l’étranger, de l’accueillir, mais aussi l’inconvénient de le maintenir dans une relation inégale. C’est une réponse à l’urgence que pourvoir aux besoins de celui qui arrive, qui lui signifie « tu n’es pas mon ennemi », mais ce n’est pas une situation durable. »

Lire l’intégralité de l’interview.

De l’impact de la procédure d’Impeachment sur la politique étrangère américaine: l’exemple afghan

France Culture, 03/10/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de Sciences politiques Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

« Les effets de la procédure de destitution de Donald Trump se font déjà sentir bien au-delà du territoire américain. Les pays où les Etats-Unis se sont fortement impliqués commencent à ressentir les effets d’une certaine vacance soudaine… Exemple en Afghanistan, avec le chercheur Gilles Dorronsoro. »

Ecouter l’intégralité de l’émission en podcast.

Le cannabis est-il dangereux pour la santé ?

France Culture, 02/10/2019

Avec Marie Jauffret-Roustide, chargée de recherche INSERM

« 50 % de la population, la moitié, a déjà expérimenté le cannabis au cours de sa vie. Pour les consommations qui sont occasionnelles, en particulier chez les adultes, là les risques sont aussi faibles que boire un verre de vin de temps en temps. Il y a une étude anglaise qui a montré que la mortalité liée au cannabis était 200 fois moins importante que la mortalité liée au tabac ou à l’alcool. En France, la mortalité liée à la consommation de tabac, c’est 78 000 morts par an et la mortalité liée à la consommation d’alcool, c’est 49 000 morts par an. »

Regarder l’intégralité de l’interview.

Loi Bioéthique : peut-on s’entendre sur les termes du débat ?

France Culture, 25/09/2019

Avec Lisa Carayon, maîtresse de conférences Université Paris 13

« Pendant trois semaines, les députés se sont réunis en commission spéciale pour préparer la loi sur la bioéthique dont le débat vient de s’ouvrir à l’Assemblée nationale. Dans cette enceinte parlementaire comme dans le reste de la société, il faut d’abord s’entendre pour nommer les phénomènes nouveaux qui se sont développés depuis plusieurs années. Assistance Médicale à la Procréation (AMP) ou Procréation Médicalement Assistée (PMA)? Faut-il parler de procréation post-mortem dans certains cas ? De PMA avec tiers donneur, de PMA sans père ou de PMA pour toutes ? De GPA altruiste ou de GPA éthique ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Isabelle Sommier : « Les règles du conflit en démocratie ne sont plus respectées »

Le Monde, 19/09/2019

Avec Isabelle Sommier, professeure de sociologie à l’ université Paris 1-Panthéon Sorbonne

« On peut noter deux éléments communs entre 2016 et le mouvement des « gilets jaunes », commencé à l’automne 2018. D’une part, il s’agit, dans un cas comme dans l’autre, de conflits longs, âpres, avec de faibles chances de succès, une donnée intégrée par les manifestants. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« Une sphère publique alternative : les festivals internationaux de littérature »

AOC Media, 20/09/2019

Par Gisèle Sapiro, directrice de recherche CNRS et directrice d’études EHESS

« À l’heure où le festival international de littérature de Berlin s’achève, on peut s’interroger sur l’expansion de ce type d’événements dans le monde au 21e siècle. L’essor des festivals de littérature tient à la convergence de plusieurs facteurs : les nouvelles formes de promotion développées par l’industrie du livre afin d’atteindre le public (salons, foires, festivals), les politiques en faveur de la démocratisation culturelle, et l’engagement d’un groupe d’intermédiaires. Ils remplissent une triple fonction, culturelle, économique et politique. »

Lire l’intégralité de l’analyse.

« Intolérance à la violence et augmentation de la violence sont liées »

Le Monde, 19/09/2019

Par Cédric Moreau de Bellaing, maître de conférences

« Face à ces diagnostics repérant une augmentation de la violence, un autre pôle est constitué par les interprétations qui la relativisent. Ainsi, des historiens, des sociologues ont tempéré le diagnostic policier concernant la violence inégalée des manifestants, en rappelant qu’au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, nombre de conflits sociaux ont été l’occasion de violences à l’encontre des forces de l’ordre supportant aisément la comparaison avec celles qui se sont données à voir ces derniers temps. »

Lire l’intégralité de la tribune.

Gilets jaunes : quelles leçons pour les sciences sociales ?

France Culture, 19/09/2019

Avec Cyril Lemieux, directeur d’études EHESS

« Pour en parler, nous recevons Magali Della Sudda, historienne et politiste, chargée de recherche au CNRS, membre du centre Emile-Durkheim, co-autrice d’une l’enquête du centre Emile-Durkheim auprès de 1300 gilets jaunes, et Cyril Lemieux, directeur d’études à l’EHESS en sociologie, sociologue des médias, notamment co-auteur avec Bruno Karsenti de Socialisme et sociologie (éditions EHESS) et de Pour les sciences sociales, 101 livres (éditions EHESS). »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Invité du 12/13 : Christophe Prochasson

RCJ Radio, 18/09/2019

Avec Christophe Prochasson, président de l’EHESS et directeur d’études EHESS

« Président de l’Ecole des hautes Etudes en Sciences sociales (EHESS), Christophe Prochasson présentera au micro de Perrine Simon Nahum, son dernier ouvrage : Voyage d’un historien à l’intérieur de l’Etat (Ed Fayard). »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

« Devenir étranger dans un monde en mouvement »

AOC Media, 16/09/2019

Par Michel Agier, directeur d’études EHESS

« En Europe, depuis les années 2000 et plus sensiblement depuis 2015, le drame des migrants aux frontières n’a cessé d’augmenter. Les gouvernements ont voulu se montrer protecteurs à l’égard de leurs citoyens en désignant les migrants comme une menace pour la sécurité et l’identité des pays. »

Lire l’intégralité de l’analyse.

Des Papous aux Yanomami : les peuples autochtones, éternels oubliés ?

France Culture, 12/09/2019

Avec Delphine Allès, enseignant-chercheur INaLCO

« Il y a une approche de ces populations qui est essentiellement folklorique avec une reconnaissance des traditions et des coutumes mais pas des revendications politiques alors que les militants de la cause Papous sont réellement porteurs de revendications de nature politique. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

 

 

Temps obscur pour les Lumières ?

France Culture, 11/09/2019

Par Antoine Lilti, directeur d’études EHESS

« La tolérance est une des grandes idées du siècle des Lumières mais il faut nuancer. Les philosophes des Lumières sont des défenseurs de la liberté d’expression et de la tolérance religieuse, avec l’idée que l’espace public doit être régulé. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

La nature et le Capital

France Culture, 10/09/2019

Par Fabien Locher, chargé de recherche CNRS

« Dans la première partie de l’émission nous verrons dans quelle mesure l’acte d’appropriation a-t-il caractérisé la relation des sociétés occidentales à leur environnement, avec Fabien Locher, historien au CNRS et au Centre de recherches historiques de l’EHESS, pour Posséder la nature. Environnement et propriété dans l’histoire (dir.), éditions Amsterdam, 2018. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

 

« Se vendre comme occidental à Dubaï »

Le Monde Arabe, 09/09/2019

Avec Amélie Le Renard, chargée de recherche CNRS

« La « bonne présentation » et les soft skills ne sont pas propres à Dubaï. En France également les compétences dites relationnelles sont valorisées par les employeurs. Cependant, sur un marché du travail aussi multinational, les diplômes tendent à être relativisés. Si leur valeur est jugée à l’aune du pays de leur obtention et qu’un diplôme délivré par une université occidentale constitue un atout, les soft skills peuvent en partie compenser l’absence de diplôme, du moins pour les titulaires de passeports occidentaux, qu’ils soient ou non identifiés comme blancs. »

Lire l’intégralité de la tribune.

L’AfD fera-t-il tomber Angela Merkel ?

France Culture, 06/09/2019

Avec Nicolas Hubé, maître de conférences Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Comment comprendre ce succès fulgurant d’une formation politique pourtant très jeune, créée en 2013 ? Que révèle-t-il de la crise sociale, économique, politique que traverse l’Allemagne ? Quelles pourraient en être les conséquences ? Le vent populiste venu de l’Est pourrait-il précipiter Angela Merkel qui apparaît de plus en plus fragile et dont on peine à voir émerger les successeurs potentiels ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Les coûts du mariage, une négociation intergénérationnelle

Slate, 06/09/2019

Avec Florence Maillochon, directrice de recherche CNRS

« Il y a une taxe mariage pour beaucoup de choses. Un chignon “de mariée” coûte trois fois plus cher qu’un chignon classique. Les professionnels en ont profité. Il y a beaucoup plus de types de dépenses, notamment en ce qui concerne les détails de la décoration, qui finissent par augmenter les frais. »

Lire l’intégralité de l’article.

« Immanuel Wallerstein, un intellectuel global »

Libération, 05/09/2019

Par Romain Huret, directeur d’études à l’EHESS

« In fine, c’est sans doute ce qui reste du travail d’Immanuel Wallerstein : une proposition intellectuelle d’interprétation du monde. Sa thèse sur le système-monde capitaliste, et sa décomposition en cours, n’a pas fini d’être discutée. A une époque où les sciences sociales ne sont plus vraiment la grammaire du monde, il faut néanmoins continuer à croire en leur capacité à donner un sens à celui-ci. »

Lire l’intégralité de la tribune.

Le viol conjugal est-il le tabou ultime des violences faites aux femmes?

France Culture, 03/09/2019

Par Patrick Chariot, professeur Université Paris 13

« Car, alors que la loi de 2006, modifiée en 2010, instaure judiciairement parlant la question du viol conjugal, celui-ci est toujours sous-déclaré par les victimes dans les commissariats. Quelles sont les raisons historiques ou sociologiques qui expliquent cette sous-déclaration ? C’est ce que nous verrons avec nos trois invités : une historienne, un médecin légiste et une juriste qui tous les trois ont travaillé sur les rapports de sexe et les violences qui en sont issues, en particulier dans le cadre du couple. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Gilles Havard : «Le récit colonialiste de la conquête de l’Ouest a nié le rôle des coureurs de bois francophones»

Libération, 31/08/2019

Avec Gilles Havard, directeur de recherche CNRS

« C’est d’abord le souvenir d’une rencontre, en 2007, avec un Indien du Dakota du Nord, Alfred Junior Morsette, dit Junior. Cet Indien arikara revendiquait en effet ses origines françaises, et m’a offert une ceinture de perles, en déclarant «From a Frenchman to a Frenchman». Il m’a raconté son histoire familiale franco-indienne depuis le début du XIXe siècle. Celle-ci m’a suggéré une thématique, l’Amérique franco-indienne, et un style d’écriture : rendre des biographies à ces personnages gommés de l’histoire. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Victor Rosenthal : « Notre voix intérieure nous aide à prendre du recul »

Femmes Actuelles, 29/08/2019

Avec Victor Rosenthal, chargé de recherche INSERM

« Dès que l’enfant commence à maîtriser le langage, il va interagir avec les autres mais aussi avec son monde intime. Via son nounours, sa poupée, ou un ami imaginaire, il va extérioriser son dialogue intérieur, en leur attribuant ses bêtises pour mieux les assumer, ses chagrins pour se consoler à travers eux, en leur imposant des règles pour les assimiler lui-même, etc. Il expérimente ainsi, par identification, les enjeux de la vie en société et, progressivement, il ne va plus avoir besoin d’un objet extérieur pour assumer sa voix intérieure. Il va la reconnaître comme faisant partie de lui, et comme tout un chacun, être à la fois « je » et « tu ». « 

Lire l’intégralité de l’interview.

Le genre, terrain d’étude et de combat

Regards, 28/08/2019

Avec Juliette Rennes, maîtresse de conférences EHESS

« Les sciences sociales sur le genre et les sphères militantes se donnent réciproquement des outils. Les luttes ouvrent des champs de recherche. Ainsi, la question « Comment écrit-on de manière non sexiste ? » suscite des réflexions très poussées dans les milieux libertaires, féministes et queer, avec beaucoup d’inventivité langagière et souvent d’audace. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« Sciences sociales et action publique »

AOC Media, 28/08/2019

Avec Christophe Prochasson, président de l’EHESS et directeur d’études EHESS

« Les professeurs des écoles vont-ils suivre sans rire et sans agacement le « Guide de l’apprentissage des gestes graphiques et de l’écriture » signé par le ministre de l’Éducation nationale en mai dernier ? Quelles vont être les applications effectives de la « loi Blanquer » publiée au BO fin juillet ? »

Lire l’intégralité de l’article.

Le chercheur Gilles Dorronsoro, des chefs de guerre afghans aux « gilets jaunes »

Le Monde, 26/08/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de Sciences politiques Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

« Avec Le Reniement démocratique, néolibéralisme et injustice sociale (Fayard, 192 p., 18 euros), publié au printemps, Gilles Dorronsoro signe son Retour à Reims. Tout comme le livre de Didier Eribon, l’ouvrage s’ouvre par une dédicace au père, avec juste deux dates : 1928-2017. On ne lui a pas demandé si sa démarche trouvait sa source dans ce deuil car il n’est pas du genre à s’épancher. Mais il arrive un âge, 56 ans en l’occurrence, où, après avoir beaucoup voyagé, étudié et réfléchi à ce qui se passait ailleurs dans le monde, il s’autorise à porter un regard sur ce qui est censé être chez lui. Et là, surprise : il découvre un pays étranger lui aussi, et étrangement ressemblant à ces contrées lointaines et en guerre, dans lesquelles il travaille comme chercheur. »

Lire l’intégralité de l’article.

Union rationaliste – Militer pour la science

France Culture, 25/08/2019

Avec Sylvain Laurens, maître de conférences EHESS

« Emmanuelle Huisman Perrin reçoit Sylvain Laurens, sociologue, maître de conférences à l’EHESS, pour parler des son ouvrage Militer pour la science – Les mouvements rationalistes en France (1930-2005). »

 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Sebastian Veg : « L’issue du face à face entre Pékin et Hong Kong est imprévisible »

France Inter, 16/08/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Manifestations, menaces, blocages, manœuvres militaires… Après deux mois de tensions, la situation demeure abrasive à Hong Kong. Jusqu’à quel dénouement ? Pour en parler, Sebastian Veg, sinologue et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), est l’invité de Laetitia Gayet à 7h50. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Plus on s’éloigne des grandes villes, moins l’impôt est accepté

Les Echos, 13/08/2019

Avec Alexis Spire, directeur de recherche CNRS

« Neuf mois après le début du mouvement des « gilets jaunes », une étude publiée par l’OFCE revient sur les fondements de la crise du consentement à l’impôt en France. L’auteur, chercheur au CNRS, identifie une corrélation avec le niveau diplôme, l’âge et l’éloignement d’une grande ville. »

Lire l’intégralité de l’article.

Mineurs étrangers : le parcours du combattant

France Culture, 14/08/2019

Avec Lisa Carayon, maîtresse de conférences Université Paris 13

« Lisa Carayon, maîtresse de conférence en droit à l’Université Paris-13, membre du laboratoire IRIS, et Lyes Louffok, membre du conseil national de la protection de l’enfance, autrice de « Dans l’enfer des foyers » (éditions Flammarion) sont les invitées de Benoît Bouscarel. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Patrice Gueniffey: «Nos dirigeants répugnent à commémorer Napoléon»

Le Figaro, 13/08/2019

Avec Patrice Gueniffey, directeur d’études EHESS

« Plusieurs causes contribuent à une telle discrétion. Les commémorations n’ont pas à être permanentes. Or, dans dix-huit mois, la France commémorera les 200 ans de la mort de l’Empereur, en 1821. Ce sera un événement important, à n’en pas douter. Il est donc compréhensible de vouloir éviter la saturation. Mais il est vrai que les événements publics organisés à l’occasion du bicentenaire du sacre de Napoléon, en 2004, avaient suscité une polémique. »

Lire l’intégralité de l’article.

Hong Kong: jusqu’où peut s’enfoncer la crise?

RTBF, 12/08/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Il y a très peu de violences contre des personnes ou contre des biens privés, mais des violences symboliques et des violences contre la police. De l’autre côté, on a effectivement une surenchère dans la répression, donc ça semblait pendant un moment peut-être assez chaotique, mais depuis lundi dernier il y a eu un éditorial dans Le Quotidien du Peuple, le journal officiel du Parti communiste chinois, qui a bien remis en ordre la stratégie de Pékin. »

Lire l’intégralité de l’article.

Yémen : la bataille d’Aden, une brèche dans la coalition émirato-saoudienne ?

Libération, 12/08/2019

Avec Franck Mermier, directeur de recherche CNRS

« Les événements de ces derniers jours ont montré que les séparatistes gouvernent cette partie du Yémen du Sud, et, à l’inverse, ont affiché la faiblesse de Hadi, qui est originaire du Sud mais de la région d’Abyan, plus à l’est, commente Franck Mermier, directeur de recherches au CNRS. Il est évident qu’Abou Dhabi a donné son feu vert. Sans leurs parrains régionaux, les deux camps ne peuvent pas grand-chose. »

Lire l’intégralité de l’article.

Yémen: les combats à Aden révèlent les divisions au sein de la coalition

RFI, 11/08/2019

Avec Franck Mermier, directeur de recherche CNRS

« Il y a déjà eu plusieurs cycles de violence entre ces deux forces. Il faut savoir aussi que les forces séparatistes sudistes sont soutenues par Emirats arabes unis et l’aviation saoudienne est intervenue pour desserrer l’encerclement du palais présidentiel à Aden. Aujourd’hui, Aden est totalement contrôlée par les forces séparatistes, et cette divergence éclate en plein jour. »

Lire l’intégralité de l’article.

Françoise Daucé : « Il y a une stabilité autoritaire forte et une règle d’incertitude permanente. »

France Inter, 10/08/2019

Avec Françoise Daucé, directrice d’études EHESS

« Les élections de septembre s’annoncent donc mouvementées. Les manifestations de ces dernières semaines soulèvent un certain nombre de questions, que nous poserons à Françoise Daucé. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Julien Fretel : « En politique, les replis sont à la fois contraints et stratégiques »

Le Monde, 12/08/2019

Avec Julien Fretel, professeur de science politique à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

« Ces retraits ne sont pas des sorties définitives du jeu, mais des adaptations permettant de rester en position en dépit des déconvenues. Le cas de François Baroin est symptomatique de la manière dont les responsables politiques gèrent leur inamovibilité. Il a fait un pas de côté en délaissant l’exécutif de LR, occupe la mairie de Troyes mais surtout préside l’Association des maires de France, le plus gros groupe d’intérêts d’élus locaux qui soit. Certes, la presse, il y a peu, a parlé de son éloignement de la politique, de son plaisir à partir pêcher et voyager, cependant il n’y a pas plus inséré que lui dans le champ politique. On peut ajouter que les professionnels de la politique, ceux qui vivent de et pour la politique, veillent à maintenir leur niveau de vie. Le retrait ne doit pas entraîner de coût économique. »

Lire l‘intégralité de l’interview.

« Notre-Dame ou quand la forêt crépite »

AOC Media, 02/08/2019

Avec Sylvain Piron, directeur d’études

« En détruisant la chape de plomb qui pesait sur l’édifice de Notre-Dame, le feu a donné à la longue forme de pierre un visage qu’elle n’avait jamais eu, mais qui la rapproche pourtant de son état initial. Elle se rappelle à notre souvenir comme un projet collectif impliquant tout un peuple. Notre-Dame n’est pas sans raison le lieu où se concentre le plus intensément un rapport à cette période de l’histoire de France, mal connue du grand public, mais que l’on perçoit pourtant confusément comme son moment inaugural. Rediffusion du 22 avril 2019. »

 

Lire l’intégralité de l’analyse.

La mémoire est-elle un talisman ?

France Culture, 31/07/2019

Avec Johann Michel, professeur des universités

« Avec ces disparitions, se pose une question : celle de la transmission de la mémoire. Question posée avec d’autant plus d’acuité qu’au même moment ressurgissent des discours de haine qu’on croyait contenus. Des actes de haines, aussi. Actes antisémites menés par des groupes fascistes ou néo-nazis de plus en plus visibles. Un constat inquiétant que certains – universitaires, journalistes ou dirigeants politiques – comparent à la situation des sociétés européennes des années 1930. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Les enfants sont-ils de droite ?

Regards, 29/07/2019

Avec Wilfried Lignier, chargé de recherche CNRS

« Les enfants évoluent dans un univers inégalitaire qui est fait de luttes et d’oppositions. Ils se critiquent presque plus durement que les adultes entre eux. »

Avec Julie Pagis, chargée de recherche CNRS

« Les enfants ne deviennent pas des êtres sociaux, ils le sont déjà. Dès la naissance, ils n’évoluent pas tous dans le même bain. »

Lire l’intégralité de l’article.

 

 

« Faire du capitaine Dreyfus un modèle pour les armées »

Le Monde, 24/07/2019

Avec Vincent Duclert, inspecteur général de l’éducation nationale

« Ces « années » dont parle la ministre des armées sont bien celles que le Parlement, sur proposition du gouvernement, a ignorées – contredisant l’arrêt de la Cour de cassation qui, la veille, avait proclamé l’entière et définitive innocence de Dreyfus. Cette carrière amputée le contraignit à prendre une retraite anticipée, interrompue par la première guerre mondiale où il servit avec abnégation. »

Lire l’intégralité de l’interview.

 

Ces parents qui partent en vacances sans leurs enfants

BFM TV, 23/07/2019

Avec Bertrand Réau, professeur au CNAM

« On ne peut pas séparer le quotidien de l’extra-quotidien. Les vacances s’inscrivent dans l’ensemble des usages sociaux: ce que l’on fait de ce temps est un enjeu politique et culturel majeur. Découvrir de nouvelles villes, de nouvelles activités, rencontrer de nouvelles personnes ou ne pas partir en vacances: alors que c’est le cas pour un peu plus de 40% de la population. »

Lire l’intégralité de l’article.

 

Emmanuel Macron, candidat normal

Libération, 22/07/2019

Avec Julien Fretel, professeur de science politique à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, et Bernard Dolez, professeur des universités, directeur de l’URF Science Politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Pour rattraper le coup, des universitaires organisent un colloque en janvier 2018 – le macronisme impulse sa frénésie jusqu’au monde de la recherche. L’Entreprise Macron en est le fruit : sous la direction de Bernard Dolez, Julien Fretel et Rémi Lefebvre, une vingtaine de chercheurs multiplient les lectures pour apporter des éléments de compréhension. Pour saisir cette «irrégularité sociologique» qu’est Macron. »

Lire l’intégralité de l’article.

 

Plus d’un tiers des salariés vont rester connectés pendant leurs vacances

Le Figaro, 20/07/2019

Avec Bertrand Réau, professeur au CNAM

« Cela dépend des professions, tous les métiers ne nécessitent pas une disponibilité permanente. Il y a aussi la volonté, certains aiment leur travail et veulent le continuer même en vacances. C’est au salarié de s’organiser et de s’adapter en fonction des situations ».

Lire l’intégralité de l’article.

« Jean-Jacques Rousseau, cet intellectuel médiatique qui faisait scandale »

L’Obs, 21/07/2019

Par Antoine Lilti, directeur d’études EHESS

« À Paris, au début de l’été 1770, un événement attise la curiosité du public : Jean-Jacques Rousseau est de retour dans la capitale après presque dix ans d’exil. Cette présence de l’écrivain le plus célèbre de son temps ne saurait passer inaperçue. Malgré son souhait de mener une vie discrète et solitaire, Rousseau attire une foule de badauds à chacune de ses sorties. »

Lire l’intégralité de la tribune.

« Vouloir comprendre le présent à l’aune du passé, c’est éluder la responsabilité qui nous incombe »

Le Monde, 17/07/2019

Par Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« Au-delà du point de vue propre aux sciences sociales, l’invocation du passé met en jeu une vision morale de l’avenir. « Jeune homme, étudiez l’histoire. C’est dans l’histoire que se trouvent tous les secrets de l’art de gouverner », aurait dit un jour Winston Churchill à l’adolescent James Humes, futur rédacteur des discours de plusieurs présidents des Etats-Unis. »

Lire l’intégralité de la tribune.

« Toute situation historique est absolument spécifique et non reproductible »

Le Monde, 16/07/2019

Avec Patrice Gueniffey, directeur d’études EHESS

« De telles références sont fréquentes dans les discours politiques ou médiatiques, mais je ne suis pas sûr qu’elles frappent beaucoup l’opinion publique. Il y a bien sûr des éléments de comparaison. On parle de jacquerie à propos des « gilets jaunes » ; effectivement, c’est un mouvement de protestation qui vient de la France périphérique, la vraie « province » d’aujourd’hui, porté par des gens qui ne sont pas organisés et s’estiment exclus de la représentation politique. Ça éclate tout d’un coup, sans sommation, et c’est en train de retomber de la même façon – jusqu’à la prochaine fois. »

Lire l’intégralité de l’interview.

 

« Une autre lumière d’août – à propos de Heartland de Sarah Smarsh »

AOC Media, 10/07/2019

Par Romain Huret, directeur d’études à l’EHESS

« À l’enfant qu’elle a décidé de ne pas avoir, Sarah Smarsh raconte la vie de femmes sur plusieurs générations dans les terres, ingrates et pauvres, du Kansas : sa mère, sa grand-mère, ses tantes ainsi que sa propre enfance. À travers ce beau récit autobiographique aux accents faulknériens, l’auteure livre des clés pour comprendre un monde rural en colère, enfermé dans un paradoxe : celui de blancs pauvres votant pour des élus républicains qui les appauvrissent davantage. »

Lire l’intégralité de la critique.

« Il ne faut pas négliger les leçons de l’histoire »

Le Monde, 15/07/2019

Par Gérard Noiriel, directeur d’études EHESS

« Il existe encore aujourd’hui des essayistes qui conçoivent le passé comme un réservoir d’exemples et qui veulent nous faire croire que « l’histoire repasse toujours les mêmes plats ». Néanmoins, les historiens sérieux se situent à l’intérieur du cadre conceptuel construit au début du XIXe siècle. Tous partent du principe que le passé diffère du présent, même s’ils ne sont pas d’accord sur les leçons que l’on peut tirer de l’histoire. »

Lire l’intégralité de la tribune.

« En France, l’étude des migrations s’est constituée autour de la figure du travailleur immigré »

Le Monde, 16/07/2019

Par Alexandra Poli, chargée de recherche CNRS

« On est dans une définition structurelle des relations de pouvoir entre Etats du Nord et du Sud. Au fond, le statut de migrant est lié à la nationalité et aux passeports possédés. Il faut également préciser qu’en France, le champ d’étude sur les migrations s’est constitué autour de la figure emblématique du travailleur immigré. »

Lire l’intégralité de la tribune.

 

Défaites idéologiques, marginalisation, sentiment d’impuissance… Si la gauche a longtemps su trouver dans ses revers la volonté de poursuivre ses combats, elle semble aujourd’hui apathique. Doit-elle enfin affronter ses émotions pour retrouver de l’énergie dans son désespoir ?

Regards, 15/07/2019

Avec Isabelle Sommier, professeure de sociologie à l’ université Paris 1-Panthéon Sorbonne

« C’est l’indignation qui est devenue l’émotion dominante à gauche. Or ce soulèvement moral n’implique pas forcément une action. Il peut même conduire à l’apathie et laisser les gens en monade. »

Lire l’intégralité de l’article.

Pourquoi la une de « Paris Match » avec Nicolas Sarkozy et Carla Bruni pose problème

Les Inrocks, 05/07/2019

Avec Frédérique Matonti, professeure de science politique Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Cette représentation très traditionnelle du couple va de pair avec lectorat plutôt âgé et conservateur de Paris Match. […] Il n’est pas impossible que le photographe les place ainsi naturellement. Ce n’est peut-être même pas la peine que ce soit formulé oralement. »

Lire l’intégralité de l’article.

Utopie ou dystopie ? Le futur de la démocratie en question

L’Obs, 03/06/2019

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Quand on a demandé à Loïc Blondiaux quelle serait la politique en 2049, son premier réflexe a été de se dire « je n’en sais rien je serai mort », mais il s’est finalement prêté au jeu de politique-fiction. Il rappelle une belle phrase de Périclès : « On a le choix : se reposer ou être libre. » Et être libre, c’est agir.

Lire l’intégralité de l’article.

La mécanique des passions

France Culture, 03/07/2019

Avec Alain Ehrenberg, directeur de recherche CNRS

« Aujourd’hui, les sciences cognitives incarnent un climat de l’opinion, il y a des attentes très fortes à leur égard, dans la résolution des problèmes psychopathologiques ou des politiques publiques, particulièrement en ce qui concerne l’éducation. Or, si la psychanalyse confronte l’homme à ses limites, à ce qu’il en est de son désir, les sciences cognitives invitent plutôt à les dépasser. Alain Ehrenberg revient sur « le mythe du potentiel caché », et interroge ce qu’il appelle « l’autonomie comme condition », qui, d’aspiration individuelle à l’émancipation, devient une norme sociale. »

Regarder l’intégralité de l’entretien.

« Il faut interdire immédiatement les pesticides les plus dangereux en Afrique »

Le Monde, 02/07/2019

Avec Moritz Hunsmann, chargé de recherche CNRS

« La Révolution verte en Afrique est porteuse de l’utilisation massive de pesticides. Or, nous savons en Europe que ce modèle d’agriculture chimique est dans l’impasse. Est-ce vraiment ce futur-là que nous voulons vendre à l’Afrique ? »

Lire l’intégralité de l’interview.

« Presque tous les populismes sont des réactions au féminisme »

L’Obs, 27/06/2019

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« Le droit de définir son existence n’est plus exclusivement masculin. Mais progrès signifie seulement qu’on a bougé sur l’échiquier. Cela ne veut pas dire que les règles du jeu ont changé. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« La composition sociale du Nord – Pas-de-Calais concentre tous les déterminants du vote Le Pen »

La Voix du Nord, 26/06/2019

Avec Bernard Dolez, professeur des universités, directeur de l’URF Science Politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Directeur du département de Sciences politiques de la Sorbonne, coauteur de « L’entreprise Macron », une somme sortie ces derniers jours sur les conditions de l’élection de 2017, le Nordiste Bernard Dolez est l’un des meilleurs spécialistes en France de la carte électorale. Il revient sur les enseignements des européennes et analyse le paysage politique chamboulé à l’heure où s’ouvre la campagne des municipales. »

 

« Se vendre comme occidental à Dubaï »

The Conversation, 24/06/2019

Avec Amélie Le Renard, chargée de recherche CNRS

« Le statut avantageux dont bénéficient les titulaires de passeports occidentaux s’accompagne d’attentes tacites sur le marché du travail – et qui varient selon le genre et l’assignation raciale. De manière tacite, il est attendu des personnes qu’elles performent une occidentalité essentialisée, construite d’une manière singulière. »

Lire l’intégralité de l’article.

 

Santé: le cannabis thérapeutique en phase de test pour 2020

RCF, 26/06/2019

Avec Marie Jauffret-Roustide, chercheuse à l’INSERM et référente de la GDS en France

« D’autres détracteurs redoutent que ce soit un premier pas vers une légalisation de cannabis récréatif. Pour Marie Jauffret-Roustide, sociologue, chargée de recherche Inserm et membre du comité scientifique spécialisé temporaire, les gardes-fous sont bien prévus notamment par l’exclusion de la forme fumée mais pas seulement. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Wendy Bouchard : aujourd’hui, Psychotropes : peut-on s’en passer ?

Europe 1, 25/06/2019

Avec Nicolas Henckes, chargé de recherche CNRS

« En France, près d’1 personne sur 5 a souffert ou souffrira de dépression au cours de sa vie. Un moment difficile qui conduit, souvent, à la prise d’antidépresseurs ou d’anxiolytiques. Faut-il s’en contenter pour espérer aller mieux ? Y a t-il des alternatives ? Les psychotropes sont-ils adaptés à tous ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission en podcast.

« Hong Kong : promesses tenues, promesses trahies »

AOC Media, 26/06/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Les deux manifestations monstres des 9 et 16 juin ont mis en évidence l’équilibre instable qui s’est instauré entre Hong Kong et Pékin depuis la rétrocession. La Chine, qui s’était alors engagée à maintenir la formule « un pays, deux systèmes », cherche dans les faits à affaiblir l’autonomie de Hong Kong. Si les élites d’affaires hongkongaises ont fait le choix de Pékin, la société civile qui s’est développée ces dernières années porte d’autres espérances, plus démocratiques. »

Lire l’intégralité de l’analyse.

Ecologie : après la honte de prendre l’avion, celle de faire des enfants ?

Marianne, 17/06/2019

Par Fabien Locher, chargé de recherche CNRS

« Il y a un risque que ce discours entraîne des dérives malthusianistes au nom de l’écologie. […] La gauche afro-américaine a rapidement mis en garde contre la vision néomalthusienne qui suggérait un contrôle de la fécondité. Les personnes qui risquaient le plus d’y être soumises étaient en effet, évidemment, les plus vulnérables, comme les populations afro-américaines. »

Lire l’intégralité de l’article.

L’improbable entreprise Macron

France Culture, 22/06/2019

Avec Julien Fretel, professeur de science politique à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

« Issu de journées d’études organisées au début de l’année 2018, un ouvrage collectif consacré à l’entreprise Macron paraît, qui regroupe un grand nombre de chercheuses et chercheurs ayant rapidement pris pour objet cet objet politique politique non identifié. L’un des co-directeurs de ce livre, le politiste Julien Fretel est cette semaine l’invité de La Suite dans les Idées. »

Ecouter l’intégralité de l’émission en podcast.

Filmer les révoltes LGBT ; la longue histoire de la (dé)pénalisation du cannabis

France Culture, 21/06/2019

Avec Marie Jauffret-Roustide, chercheuse à l’Inserm et référente de la GDS en France

« Alors que plusieurs députés de la majorité se prononcent en faveur de la légalisation du cannabis et qu’une note rendue publique jeudi 20 juin par deux économistes mandatés par le Conseil d’analyse économique va dans le même sens, Marie Jauffret-Roustide nous rejoint en seconde partie d’émission pour discuter de la place très particulière de cette substance dans notre société. Sociologue, chargée de recherche à l’Inserm au Cermes3, Marie Jauffret-Roustide analyse conjointement les politiques publiques et les pratiques sociales des usagers dans le champ de la gestion des risques : l’occasion de revenir sur l’histoire de sa gestion par les régimes politiques successifs. »

Ecouter l’intégralité de l’émission en podcast.

Cannabis thérapeutique : « Il va y avoir une expérimentation très encadrée, avec un registre qui va se mettre en place »

France Info, 20/06/2019

Avec Marie Jauffret-Roustide, chercheuse à l’Inserm et référente de la GDS en France

« A partir des pathologies qui ont été définies, ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes. Ensuite, l’ANSM va voir ce qui se passe, en regardant précisément les bénéfices. Il pourra ensuite y avoir une redéfinition si la littérature progresse. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Soupçons de discriminations au CNRS : 200 universitaires dénoncent un « acharnement » contre un candidat recalé trois fois

France Info, 20/06/2019

Avec Marwan Mohammed, chargé de recherche CNRS

« Il y a un vrai problème d’opacité qui peut tout autoriser, c’est ça le pire. En matière d’injustices, d’inégalités et de discriminations, ce système autorise tout. D’ailleurs quand on parle avec nos collègues anglo-saxons, ils nous disent que l’une des choses qui caractérisent le monde académique français, c’est qu’il est très blanc. »

Lire l’intégralité de l’article.

Les idées claires : les laboratoires pharmaceutiques sont-ils aux mains du « Big Pharma » ?

France Culture, 18/06/2019

Avec Boris Hauray, chargé de recherche INSERM

« Quelle est l’étendue de l’influence des laboratoires sur la médecine conventionnelle ? Nous avons posé la question à Boris Hauray, chargé de recherche Inserm à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris). »

Lire l’intégralité de l’interview.

Les jeunes prennent la parole : des inégalités territoriales pointées du doigt

La Dépêche, 15/06/2019

Avec Serge Paugam, directeur d’études EHESS

« «Les enfants sont les adultes de demain. Le but de cette consultation est de préparer l’avenir», affirme le sociologue Serge Paugam qui l’a conduite. S’il ne s’agit pas d’une enquête «classique», la consultation a néanmoins «recherché la plus grande significativité statistique possible», assure-t-il. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Le délai légal pour pratiquer une IVG est-il (vraiment) nécessaire?

Slate, 13/06/2019

Avec Lisa Carayon, maîtresse de conférences Université Paris 13

« Contraindre une personne à engager son corps pour sauvegarder la vie d’un tiers est en effet une situation inacceptable dans tout autre domaine du droit. […] Ainsi analysée, la prohibition de l’avortement libre au-delà de la douzième semaine de grossesse est paradoxale puisque aucune disposition légale ne saurait par ailleurs contraindre un parent à donner ne serait-ce qu’une goutte de son sang pour sauver la vie de cet enfant une fois né. »

Lire l’intégralité de l’article.

Hong Kong : une autonomie en sursis ?

France Culture, 13/06/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Le risque est que Pékin puisse réclamer l’extradition de toute personne en litige avec la Chine, notamment sur des questions d’affaires. Devant cette mobilisation, le gouvernement hongkongais a repoussé hier l’examen du texte. Mais les dizaines de milliers de manifestants qui étaient encore présents réclament son abandon pur et simple. Ce que l’exécutif semble bien loin d’accepter. Hong Kong : une autonomie en sursis ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission en podcast.

Invité : Wilfried Lignier, pour « Prendre », l’étude sur les enfants à la crèche

Quotidien, 13/06/2019

Avec Wilfried Lignier, chargé de recherche CNRS

« Wilfried Lignier est sociologue : pour sa dernière enquête, il a décidé de s’intéresser aux enfants, dans les toutes premières années de leur vie. Pour cela, il a passé plusieurs mois en observation dans une crèche. Il en tire « Prendre », une grande enquête sur le comportement des enfants en crèche, leurs rapports sociaux les uns aux autres, leurs interactions, … Wilfried Lignier est sur le plateau de Quotidien pour en parler. »

Regarder l’intégralité de la vidéo.

« Les écologistes doivent abandonner le “ni gauche ni droite” »

Le Monde, 13/06/2019

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Une partie du succès d’EELV peut d’ailleurs être mise au crédit (ou au discrédit, c’est selon) de la stratégie adoptée par Yannick Jadot pendant la campagne : se définissant parfois comme « anticapitaliste », tout en présentant ailleurs un visage rassurant à l’égard des classes moyennes supérieures, il s’est montré rassembleur au risque de créer la confusion. »

Lire l‘intégralité de la tribune.

Le face-à-face entre deux lectures historiques de la Révolution française

L’Humanité, 12/06/2019

Avec Patrice Gueniffey, directeur d’études EHESS

« Patrice Gueniffey, historien, est directeur à l’Ehess du Centre de recherches politiques Raymond-Aron. Pierre Serna, historien, est professeur d’histoire de la Révolution à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut de recherche sur la Révolution française. »

Regarder l’intégralité de la vidéo.

Hong Kong : comment la Chine grignote les libertés

L’Express, 11/06/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Il semble aujourd’hui très difficile pour l’exécutif de reculer, car Pékin s’est explicitement engagé sur cette loi. […] Dans la pratique, le rôle du chef de l’exécutif est devenu celui de représentant de Pékin auprès des Hongkongais. »

Lire l’intégralité de l’article.

« La fin de la modernité juive, inquiétant livre symptôme d’Enzo Traverso »

AOC Media, 10/06/2019

Par Danny Trom, chargé de recherches CNRS

« Réédité en poche, le succès du livre d’Enzo Traverso La fin de la modernité juive interroge et inquiète dans un contexte d’hostilité à l’égard des juifs, qui a pris aujourd’hui en France l’ampleur d’un mouvement social. »

Lire l’intégralité de l’article.

« Le ré-encastrement du social : mesure, conversion et accroissement des inégalités »

AOC Media, 07/06/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de sciences politiques Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

« Prenant à rebours les processus classiques de division du travail et d’autonomisation des sphères d’activités, les évolutions récentes de nos sociétés procèdent, à la faveur d’une généralisation des mesures en tout genre, d’un ré-encastrement du social. Il devient ainsi plus facile de convertir différents types de capitaux, ce qui produit une aggravation spectaculaire des inégalités. »

R.Huret (EHESS) : « Là où beaucoup tergiversent avec la Chine, Trump a tranché »

Les Décideurs, 06/06/2019

Par Romain Huret, directeur d’études à l’EHESS

« Pour l’heure nous sommes sur une position attentiste. Le Président Macron sait bien que, derrière la crise des gilets jaunes, c’est la question de la mondialisation qui se pose, du coût de l’emploi et du travail, des délocalisations et donc, de notre rapport à la Chine. Il ne l’aborde pas parce que c’est un sujet explosif. »

Lire l’intégralité de l’interview.

%d blogueurs aiment cette page :