Des Indes à l’Inde : les avatars du nationalisme. Qui veut la peau du Taj Mahal ?

France Culture, 09/03/2020

Avec Corinne Lefèvre, chargée de recherche CNRS

« L’Islam était déjà présente en l’Inde avant le XVIème siècle. Et pas seulement en Inde du Nord. Les premières implantations musulmanes remontent à peu de temps après la création de l’Islam. Ce fut d’abord des communautés marchandes littorales sur la côte occidentale de l’Inde, et puis surtout à partir du XIème siècle, venant du nord ouest, des cavaliers turcs qui vont commencer à s’implanter à Lahore, puis à Delhi, et donner naissance au précurseur de l’empire moghole : le sultanat de Delhi, du début du XIIème siècle jusqu’à l’avènement de l’empire moghol au XVIème siècle. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

« L’écologie est par définition anti-populiste »

Usbek & Rica, 07/03/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Pour être des bons écolos, il faut des agronomes, des ingénieurs, des gens qui savent faire des trains. Il faut mobiliser toute une architecture de savoir-faire et d’imagination juridique qui demande des élites au service du peuple. L’écologie ne peut donc pas passer par la rhétorique du peuple contre les élites. Il faut simplement d’autres élites que celles qui sont au pouvoir aujourd’hui. « Autoritarisme vert » ou « populisme vert » sont des armes de communication politique libérale. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Un projet de loi contre l’avis de la recherche

Libération,04/03/2020

Avec Isabelle Clair, chargée de recherche CNRS

« Cette logique valorise les effets d’annonce. Elle contraint les chercheurs à orienter leurs projets en fonction des priorités définies par les organismes de financement. Au final, la recherche s’uniformise et s’appauvrit. […] On accroît la période de précarité des jeunes chercheurs qui devront subir des évaluations tout au long du contrat sans avoir la certitude d’obtenir un poste. […] On en vient à se demander si c’est une stratégie de la part du gouvernement ou tout simplement de l’incompétence. »

Lire l’intégralité de l’article.

« La brutalisation caractérise la manière de gouverner de M. Macron »

Reporterre, 05/03/2020

Par Bastien François, professeur de science politique à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

« Sur ce terreau est arrivé un Emmanuel Macron qui défend avec morgue et mépris une sorte d’épistocratie, c’est-à-dire un gouvernement des sachants, des élites, des grandes écoles… De ceux qui savent mieux que tout le monde et qui imposent leur point de vue. La rencontre entre ces outils autoritaires et cette épistocratie crée une forme de brutalisation de la vie politique. L’usage récent du 49-3 est l’expression chimiquement pure du macronisme alliée à la Ve République. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Crise des opioïdes aux États-Unis : près de 100.000 décès non recensés

France Culture, 02/03/2020

Avec Marie Jauffret-Roustide, chargée de recherche INSERM

« Dans cette étude parue dans la revue Addiction, une équipe américaine a revérifié les certificats médicaux des cas de surdoses « non classifiés » c’est-à-dire quand la substance impliquée dans le décès n’est pas précisée. A l’aide d’un algorithme, les chercheurs ont comparé ces données avec les cas de surdoses d’opioïdes connus, et ont ainsi identifié des facteurs communs. Selon leur calcul, entre 1999 et 2016, 72% des surdoses non classées impliquent des opioïdes, ce qui représente donc 100.000 décès supplémentaires. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Réforme des retraites : 49.3, et après ?

France Culture, 02/03/2020

Avec Frédéric Sawicki,  professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Il était fréquent dans les trente premières années de la Cinquième République, et l’est devenu beaucoup moins par la suite. Au point d’ailleurs qu’en 2008, la Constitution a été réformée pour en limiter l’usage aux lois de finances ou à une proposition projet de loi par session parlementaire. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Héloïse et Abélard, Histoire de leurs malheurs

France Culture, 01/03/2020

Avec Sylvain Piron, directeur d’études

« Incapable de désir, essence de son amour, Abélard quitte Héloïse. Il se fait moine après lui avoir imposé de devenir nonne. Et ils s’éloignent. Les années passent : 10, peut-être 15 années sans se voir, jusqu’à ce que tombe dans les mains d’Héloïse une lettre d’Abélard qui ne lui est pas destinée. C’est son autobiographie : L’histoire de mes malheurs. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Personnalités politiques : faut-il encore communiquer sur sa vie privée ?

France Culture, 28/02/2020

Avec Arnaud Saint-Martin, chargé de recherche CNRS

« Il y a une nouvelle génération, à l’image de la démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. Elle vient avec son histoire, ses origines, le fait qu’elle vienne du Bronx etc. Elle devient elle même le programme et communique là-dessus. Les anciens comme Joe Biden sont clairement largués. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Eva Illouz : « On cherche quelqu’un sans jamais le trouver »

Marianne, 28/02/2020

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« D’un côté, cette affaire illustre le fait que la sexualité circule énormément sur Internet, pour des raisons économiques et en tant que nouvelle forme de valorisation du moi. Les webcams légitiment ce qu’on appelait autrefois voyeurisme et exhibitionnisme. Mais d’un autre côté, on voit qu’il continue d’exister des arènes où la moralité sexuelle est en vigueur. Il y a donc une culture sexuelle à deux vitesses. »

lire l’intégralité de l’interview.

 

Des chercheurs protestent devant le ministère contre la future loi sur la recherche

20 Minutes, 26/02/2020

Avec Laure Bereni, directrice de recherche CNRS

« La future loi nous portera un coup fatal, elle entraînera la précarisation massive des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur, elle subordonnera toujours davantage la recherche à des finalités politiques et gestionnaires, elle sapera les fondements d’une recherche de haut niveau. »

Lire l’intégralité de l’article.

Hamit Bozarslan – Poutine et le Moyen-Orient

Arte, 26/02/2020

Avec Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« Hamit Bozarslan, historien et politologue spécialiste du Moyen-Orient, répond à toutes ces questions, et nous éclaire sur le concept de « nation impériale ». C’est ainsi que Poutine conçoit la Russie, et c’est dans cette logique qu’il conduit sa politique étrangère. »

Regarder l’intégralité de la vidéo.

Abondance et liberté de Pierre Charbonnier, une histoire environnementale des idées

Radio Parleur, 25/02/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Pour revenir aux racines de la pensée écologiste, Pierre Charbonnier se plonge dans l’histoire des idées économiques, sociales et politiques. Celles-ci ont, depuis le XVIIIe siècle, majoritairement lié l’objectif d’émancipation ou de liberté à une augmentation des biens disponibles avec l’abondance en ligne de mire. Au-delà du « productivisme » aujourd’hui mis en cause, Pierre Charbonnier estime qu’il faut aller plus loin. Ce qui implique pour lui de s’interroger sur le « productionnisme » qui n’a cessé d’être la manière dominante de penser depuis, au moins, la révolution industrielle. »

Lire l’intégralité de l’émission.

Pesticides en Afrique : « une catastrophe sanitaire au ralenti »

TV5 Monde, 18/02/2020

Avec Moritz Hunsmann, chargé de recherche CNRS

« Mais sortir de l’agriculture chimique implique une réorientation drastique de la politique agricole des pays africains, des organisations internationales, ainsi que des investissements massifs pour amener les paysans vers des modes de production qui se passent de pesticides. Les paysans doivent être soutenus et accompagnés pour ne pas, après avoir payé le prix sanitaire de l’utilisation des pesticides, avoir à payer le prix économique de ce passage-là.« 

Lire l’intégralité de l’article.

Du Sri Lanka à la Birmanie : le bouddhisme se fait nationalisme

France Culture, 25/02/2020

Avec Bénédicte Brac de la Perrière, directrice de recherche CNRS

« Loin de l’image de non-violence auquel l’associent les Occidentaux, le bouddhisme prend dans certains pays d’Asie du Sud-Est le visage d’une religion hégémonique hostile aux autres cultes. Comment le discours de haine porté par les nationalistes bouddhistes s’articule-t-il avec la religion ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Coronavirus : Pékin recense les malades et les coupables

Libération, 13/02/2020

Avec Simeng Wang, chargée de recherche CNRS

« Je connais des bénévoles qui, avant d’entamer toute action humanitaire, sont contraints par le régime de prendre des photos d’autres volontaires. Les citoyens dénoncent une instrumentalisation politique de la maladie. Et cela prime sur la volonté de sauver des vies. »

Lire l’intégralité de l’article.

 

La vérité et au-delà : le roman de la politique américaine

France Culture, 14/02/2020

Avec Romain Huret, directeur d’études à l’EHESS

« L’écrivain Fabrice Humbert est notre invité. Il est rejoint en deuxième partie d’émission par Romain Huret, historien, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste des inégalités et de la pauvreté aux États-Unis. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Convention pour le climat : les citoyens au chevet de la planète

La Vie, 18/02/2020

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Le rejet de la taxe carbone l’a montré. Il faut que le pouvoir associe les citoyens à l’élaboration de ses mesures et démontre qu’elles sont justes. Le pouvoir de séduction des leaders populistes repose justement sur la promesse d’un retour du pouvoir vers les citoyens. »

Lire l’intégralité de l’article.

Nos révolutions françaises, quand l’histoire se répète

RFC, 24/02/2020

Avec Patrice Gueniffey, directeur d’études EHESS

« La répétition des révolutions est un phénomène particulièrement marquant de notre histoire. Quels points communs y a-t-il entre les « Gilets jaunes », la Fronde, Mai 68, la Commune ou 1789? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Écologie : la nouvelle religion ? Débat autour de Guillaume Erner dans Livres & Vous

Public Sénat, 24/02/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Public Sénat, en partenariat avec France Culture, vous propose d’écouter Livres & vous grâce au podcast de l’émission. Ce mois-ci, Guillaume Erner et ses invités questionnent l’écologie de demain.  Le XXI ème siècle sera-t-il le Siècle Vert ? Réponse dans Livres & vous avec ceux pratiquent déjà ces nouvelles approches de notre environnement aujourd’hui menacé. »

 

Regarder l’intégralité de l’émission.

Russie : « On assiste à une résurgence des méthodes policières de l’époque stalinienne »

Marianne, 20/02/2020

Avec Alain Blum, directeur d’études EHESS

Avec Françoise Daucé, directrice d’études EHESS

« Aujourd’hui, les thèmes les plus sensibles, pour l’opinion publique russe, sont la protection de l’enfance et la lutte contre le terrorisme », confirme Françoise Daucé.

« On assiste à une résurgence des méthodes policières de l’époque stalinienne, qui pensent tout en termes de complot et de réseau et construisent artificiellement des liens entre personnes » estime Alain Blum.

Lire l’intégralité de l’article.

 

« La Vie ordinaire des génocidaires », de Richard Rechtman : comment peut-on être administrateur de mort ?

Le Monde, 21/02/2020

Avec Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS, psychiatre et anthropologue

« Fort de sa pratique clinique et de son approche anthropologique, l’auteur décale notre regard de l’idéologie vers l’homme, du donneur d’ordre vers le petit exécutant sans qui rien ne serait possible, de la banalité du mal qualifiant le bourreau à la quotidienneté mortifère qui entoure et naturalise pour ainsi dire son geste. Le concept opératoire de l’ouvrage est à ce titre celui de « forme de vie », développé par les philosophes Ludwig Wittgenstein et Stanley Cavell, puis par le sociologue Albert Ogien. »

Lire l’intégralité de l’article.

« Les luttes et mai 68 ont rebattu les cartes de l’amour »

Reporterre, 14/02/2020

Avec Julie Pagis, chargée de recherche CNRS

« Au moment même de l’engagement, les conditions sont effectivement propices aux relations amoureuses. Puis, parmi les couples sur lesquels j’ai travaillé, plus des deux tiers se sont séparés au bout d’un certain nombre d’années. Cela ne veut pas dire que la cause de toutes ces séparations sont les événements de mai-juin 68. Mais pour un certain nombre d’entre eux, on peut quand même dire qu’ils ont été un déclencheur. »

Lire l’intégralité de l’entretien.

Eva Illouz : «En amour, nous sommes devenus des machines évaluatives»

Libération, 13/02/2020

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« Le livre s’intéresse au décalage entre la croyance et la représentation romantique de l’amour d’une part et aux pratiques amoureuses dans lesquelles j’observe une certaine décomposition de l’amour en tant qu’émotion qui était perçue sur le mode religieux comme transcendantale. La forme stable de l’amour est devenue un problème sociologique, un problème à nous-mêmes, une question que nous traitons à l’infini. »

Lire l’intégralité de l’entretien.

 

Polyamour, libération sexuelle, non-engagement, consentement… L’amour existe-t-il encore ?

France Inter, 12/02/2020

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« Il me semble que nous sommes passés à une ère où les gens se définissent autant par leur choix que par leur non-choix. Par exemple, sur Tinder, on balaye avec le pouce vers la gauche pour faire défiler les visages de partenaires sexuels potentiels. C’est un geste qui en dit long et qui dit justement le non-choix. »

Lire l’intégralité de l’entretien.

Hommes d’État, hommes de lettres

Le Figaro, 12/02/2020

Avec Patrice Gueniffey, directeur d’études EHESS

« Spontanément, le mot «écrivain» n’est pas celui qui vient à l’esprit quand on pense à Napoléon. Pourtant ce dernier entre dans une longue tradition française qui, de Louis XIV à Mitterrand, accorde une importance certaine à la littérature, comme si l’écriture permettait de transcender la puissance ».

Lire l’intégralité de l’entretien.

L’écologie est-elle soluble dans les sciences politiques ?

L’Express, 11/02/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Osons un pari : ce livre restera comme un jalon important de la pensée écologique. Dans Abondance et liberté. Une histoire environnementale des sciences politiques*, le jeune et brillant philosophe Pierre Charbonnier nous propose ni plus ni moins qu’une « révolution copernicienne » dans notre rapport à la nature. »

Lire l’intégralité de l’article.

Allemagne : la dauphine désignée d’Angela Merkel renonce à lui succéder

France Culture, 10/02/2020

Avec Gisèle Sapiro, directrice de recherche CNRS et directrice d’études EHESS

« L’invitée de ce journal est Gisèle Sapiro, sociologue, directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS (au centre européen de sociologie et de science politique). Et signataire parmi 140 personnalités d’une pétition lancée sur le site de l’Humanité demandant un référendum à Emmanuel Macron sur le projet de loi retraite. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Paris : quand la grande crue de 1910 menaçait la ville

RTL, 06/02/2020

Avec Isabelle Backouche, directrice d’études EHESS

« Un lac devant la gare Saint-Lazare, des canots pour assurer les transports urbains, 20.000 immeubles inondés… En janvier 1910, Paris est envahi par les flots. Dépassés, les services municipaux font appel à l’armée. Aujourd’hui, un niveau de crue équivalent menacerait 5 millions de Franciliens ! On vous raconte l’histoire de la grande crue de 1910 avec notre invitée l’historienne Isabelle Backouche. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

A-t-on encore envie de tomber amoureux ? Interview de la sociologue Eva Illouz

Madame Figaro, 07/02/2020

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« L’abandon de soi-même auquel on associait l’amour traditionnel, le don de soi, sont du coup battus en brèche. Alors qu’un homme au XVIIIe ou au XIXe siècle affirmait sa masculinité en exprimant ses passions, en faisant la cour et en déclarant son amour notamment, aujourd’hui ce même homme hésitera beaucoup à le faire… »

Lire l’intégralité de l’interview.

Démocratie délibérative : Comment mieux écouter et représenter le peuple

Via Occitanie, 04/02/2020

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques à la Sorbonne, nous parle de démocratie. Il était l’invité du Conseil départemental de Haute-Garonne qui, depuis 2015, organise des dialogues citoyens où chacun apporte un éclairage sur une problématique. »

Regarder l’intégralité de la vidéo.

Nouveaux hôpitaux en Chine : deux forteresses en vitesse

Libération, 04/02/2020

Avec Simeng Wang, chargée de recherche CNRS

« Le fait que l’armée chinoise prenne le relais marque un niveau extrêmement élevé du contrôle social. En temps normal, les crises sanitaires relèvent du ministère de la Santé. Cette situation montre bien que le gouvernement central est agité. »

Lire l’intégralité de l’article.

Coronavirus : «Une stigmatisation s’opère à l’intérieur même de Wuhan»

Libération, 03/02/2020

Avec Simeng Wang, chargée de recherche CNRS

« Une stigmatisation s’opère à l’intérieur même de la ville. Des habitants ont voulu construire des barrières autour d’une résidence de 20 000 habitants où plusieurs cas de coronavirus ont été diagnostiqués. »

Lire l’intégralité de l’article.

Eva Illouz analyse « la fin de l’amour »

L’Obs, 02/02/2020

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« On pourrait penser le sujet secondaire par rapport aux retraites par exemple, mais le fait d’avoir ou non des enfants, dans des structures familiales classiques ou pas, a des répercussions majeures sur la structure démographique, et donc économique, d’un pays. C’est d’ailleurs pourquoi, à sa sortie en Allemagne, le livre a été recensé dans la newsletter du Bundenstag. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« Dire aux gens que c’est très mal d’être raciste est inopérant »

Le Trait d’Union, 01/02/2020

Avec Jean-Frédéric Schaub, directeur d’études EHESS

« Je pense que le travail des sciences, humaines et sociales, de la philosophie, est absolument indispensable pour donner les cadres mentaux, intellectuels et d’analyse qui permettent de déconstruire, de nier, de critiquer les discours de hiérarchisation des races, de ségrégation ou l’attribution d’identité collective ou de caractères particuliers à des collectivités. Ce travail d’analyse, de critique, d’examen des discours et des pratiques est très important. »

Lire l’intégralité de l’entretien.

Toulouse. Loïc Blondiaux : « Les élections ne suffisent plus à légitimer les décisions »

La Depeche, 01/02/2020

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Mais il me semble qu’on assiste à un changement de générations et d’attitude de la part de certains élus. Je pense à certaines listes participatives qui se mettent en place pour les municipales. Il y a une prise de conscience, certes très lente, qu’on ne peut plus gouverner comme avant. C’est ce qui donne un peu d’espoir. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Maintien de l’ordre, la doctrine a-t-elle changé ?

France Culture, 31/01/2020

Avec Cédric Moreau de Bellaing, maître de conférences

« Les indices de confiance dans les institutions policières restent élevés, mais il y a une méfiance qui s’est installée en lien avec une tendance sociale qui existe depuis plusieurs années et que j’appelle la tentation du face à face. (…) Les policiers se disent souvent éloignés du monde social, comme dans une citadelle. Cette tendance en France se renforce. (…) Les policiers se disent être devenus des cibles de la violence »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Des hommes disponibles ou la vie ordinaire des génocidaires

France Culture, 01/02/2020

Avec Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS, psychiatre et anthropologue

« Ce ne sont évidemment pas les crimes des génocidaires qui sont banals mais leurs vies quotidiennes. C’est ce que l’anthropologue et psychiatre Richard Rechtman tente de saisir dans un livre majeur, qui fait notamment écho à l’œuvre du réalisateur Rithy Panh, qui le rejoint en seconde partie. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Tests préconception, ne pas se précipiter

La Croix, 29/01/2020

Par Sandrine de Montgolfier, maîtresse de conférences

« Le temps est aujourd’hui aux études épidémiologiques, cliniques et biologiques afin de mieux comprendre et caractériser les variants identifiés et leur pénétrance (risque d’apparition de la maladie chez un sujet porteur) mais aussi aux études évaluant les conséquences psychologiques et socio-professionnelles de telles pratiques, en vue d’une utilisation future bénéfique pour les citoyens et leur santé… Celles-ci pourraient s’adosser, entre autres, au Plan France Médecine Génomique 2025 qui comprend un volet de recherche en population générale. »

Lire l’intégralité de la tribune.

Sylvain Laurens : « Il est dommage qu’un certain rationalisme ne s’interroge plus sur ce qu’est la science »

Le Monde, 25/01/2020

Avec Sylvain Laurens, maître de conférences EHESS

« Cet engagement passe par la croyance que la science est utile à la société, retrouvant les idées plus anciennes associant positivement la science et le progrès. Il implique de défendre les principes de la raison dans l’espace public, autrement que par la seule vulgarisation ou la transmission des découvertes au grand public. Ces militants veulent porter eux-mêmes le discours sur leur métier. « 

Lire l’intégralité de l’entretien.

Delphine Allès : « Les contestataires ont en commun la volonté de se réapproprier un destin et une dignité »

Le Monde, 24/01/2020

Avec Delphine Allès, enseignant-chercheur INaLCO

« Pour revenir à l’actualité, les mobilisations de 2018-2019 forment le développement le plus récent d’une décennie contestataire marquée par l’enchevêtrement des demandes politiques et économiques. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Réforme des retraites, recherche carrière désespérément

France Culture, 23/01/2020

Avec Sophie Pochic, directrice de recherche CNRS

« Le projet de réforme des retraites sera présenté demain en Conseil des Ministres. Après 50 jours de grève interprofessionnelle, c’est peu dire que ce projet braque une partie de la population, au rang desquels les enseignants chercheurs. Une inquiétude qui vient s’ajouter à des conditions de travail jugées de plus en plus difficiles, des carrières qui n’ont cessé de se précariser depuis plusieurs dizaines d’années, et cette question en suspens : à force de réduire les budgets, les recrutements, en fragilisant les début de carrière et maintenant, en appauvrissant les fins de carrière, les gouvernements successifs sont-ils en train de mettre en pièce la recherche publique française ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

L’Iran, à la confluence des passions. La violence de la République islamique : au cœur des familles

France Culture, 23/01/2020

Avec Chowra Makaremi, anthropologue, chargée de recherche CNRS

« C’est compliqué une révolution, car il n’y a jamais les bons contre les méchants, les tyrans contre les opprimés, les despotes et les libérateurs. C’est le cas en Iran, à la fin des années 1970. Quelles sont les forces en présence ? Il y a le Shah, le roi d’Iran qui, dans le rôle du despote, parfait, même pour les États-Unis, qui l’ont longtemps soutenu. Il y a l’Ayatollah Khomeiny, qui après 17 ans d’exil revient au pays. Il y a l’armée aussi, dont personne ne sait encore quels seront les choix. Et puis les syndicats, les partis de gauche, les communistes…. Ces différents acteurs s’allient et s’opposent dans le contexte de la guerre, avec les États-Unis d’un côté, l’URSS de l’autre. C’est compliqué une révolution, car au cœur du mouvement il y a des familles, des individus, des hommes, des femmes, des destins… »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

L’indépendance contre la démocratie

AOC Media, 24/01/2020

Par Bastien François, professeur de science politique à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

et Antoine Vauchez, directeur de recherche CNRS

« Alors que la nouvelle Commission européenne vient de prêter son rituel « Serment d’indépendance » devant la Cour de justice de l’UE, il faut considérer cette notion d’indépendance comme un objet historique. Alors qu’elle prolifère dans le champ politique depuis trois décennies, l’indépendance a profondément modifié les structures de pouvoir, imposé le face-à-face entre experts et populistes, évacué les conflits et les débats, et fini par saper les fondements de l’exercice démocratique. »

Lire l’intégralité de l’analyse.

De l’indifférence à l’exécution des crimes de masse : l’ordinaire des génocidaires

AOC Media, 23/01/2020

Avec Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS, psychiatre et anthropologue

« Alors que les génocides font encore aujourd’hui l’objet de nombreux travaux de recherche, un détour par l’échelle individuelle est nécessaire pour comprendre les mécanismes des crimes de masse. Loin d’être le fait des seuls endoctrinés, zélés, sadiques, les atrocités commises sont pour une écrasante majorité dues à l’indifférence des exécutants, dont la mort s’installe tant dans le quotidien qu’elle devient ordinaire. »

Lire l’intégralité de l’analyse.

Vladimir Poutine, Tsar sans limite?

RFI, 22/01/2020

Avec Françoise Daucé, directrice d’études EHESS

« Une semaine après l’annonce surprise, en quatre heures de temps d’un référendum, d’une révision constitutionnelle et de la démission du gouvernement de Dmitri Medvedev, la nouvelle équipe gouvernementale russe choisie par le président russe est déjà constituée autour de Mikhaïl Michoustine, et déjà à l’œuvre.
Le N°1 russe a désormais le champ libre pour préparer la suite pour lui à l’issue de son mandat en 2024. Il aura 70 ans et on l’imagine mal s’éloigner du pouvoir qu’il exerce, de manière très déterminée, aussi bien à l’intérieur de la Russie qu’à l’extérieur. Vladimir Poutine, Tsar sans limite ? C’est la question du jour. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

 

Cannabis « médical » contre cannabis « récréatif » : une vision trop simpliste

The Conversation, 22/01/2020

Avec Marie Jauffret-Roustide, chargée de recherche INSERM

« Ce sont des consommations à l’adolescence ou au début de l’âge adulte où le cannabis peut être un rituel de passage. Alors le cannabis peut remplir des fonctions sociales : s’intégrer dans un groupe, partager des sensations collectives, faciliter les interactions avec les autres, et en ce sens, il peut être festif. »

Lire l’intégralité de l’article.

Ils se sont convertis par amour

Femme Actuelle, 21/01/2020

Avec Loïc Lepape, maître de conférences

« Cette question de la durée de l’engagement religieux n’a encore jamais été traitée par les sociologues. À mon sens, à la puissance de l’engagement lors de la conversion succède la routinisation de la croyance. Elle se transforme, parfois jusqu’à s’étioler, comme dans la vie de couple. »

Lire l’intégralité de l’article.

Au Nicaragua, une contestation qui dure

France Culture, 17/01/2020

Avec Gilles Bataillon, directeur d’études EHESS

Les manifestations ont commencé au printemps 2018, contre un projet de réforme de la Sécurité sociale. Depuis, la réforme a été abrogée, mais des milliers de Nicaraguayens continuent à demander la démission de Daniel Ortega, qui préside le pays depuis 2007. Entretien avec Gilles Bataillon de l’EHESS. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

La nature nous a tout donné, même la liberté !

Les Echos, 17/01/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« C’est tout l’objet de ce passionnant ouvrage d’analyser la façon dont la liberté et l’émancipation sociale se sont construites, au fil des années, en lien étroit avec l’exploitation de la terre et des ressources naturelles. Une façon de redonner aux concepts philosophiques toute leur matérialité. »

Lire l’intégralité de l’article.

« Le chiffre est toujours un instrument de pouvoir »

Le 1 hebdo, 15/01/2020

Avec Emmanuel Didier, directeur de recherche CNRS

« L’obsession de la productivité. La réponse, surtout dans des pays de culture sociale-démocrate comme en Europe, n’est pas de rétrécir la taille de l’État, mais d’améliorer son efficacité. Pour cela, il faut rendre les agents de l’État plus performants, donc les soumettre à ce genre d’évaluations quantitatives. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Sommes-nous (encore) libres de polluer ?

L’Obs, 13/01/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« J’ai voulu faire une histoire environnementale des idées, plutôt qu’une histoire des idées environnementales, j’ai tenté de comprendre le rapport que la modernité entretient à la nature et à l’usage des ressources. Bien souvent, ce lien est occulté : on pense que l’environnement n’est qu’un paramètre extérieur de la philosophie politique occidentale. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Pourquoi Anne Hidalgo, officiellement candidate à sa réélection à Paris, suscite-t-elle tant de haine ?

France Info, 12/01/2020

Avec Sandrine Lévêque, maître de conférences des Universités

« Je me demande si le fait pour Anne Hidalgo d’être attaquée sur la voiture ne relève pas du même mécanisme inconscient. La voiture n’est pas de la compétence des femmes. On attaque très peu Anne Hidalgo sur sa politique des crèches. »

Lire l’intégralité de l’article.

Antisémitisme, la convergence des haines

La Croix, 10/01/2020

Avec Danny Trom, chargé de recherches CNRS

« Ce n’est pas le nombre de départs qui compte, mais le fait qu’il n’y a pas un seul juif qui ne s’est pas demandé s’il devrait partir un jour. […] Il y a eu une forme de cécité à gauche sur la vraie nature d’un antisémitisme qui ne se base plus sur une race, mais qui se confond avec un mouvement social. »

Lire l’intégralité de l’article.

Affaire Matzneff : « Séparer l’œuvre de l’auteur relève d’une position esthète qui n’est pas majoritaire dans la société », souligne Gisèle Sapiro

20 Minutes, 08/01/2020

Avec Gisèle Sapiro, directrice de recherche CNRS et directrice d’études EHESS

« Et il y a une différence entre des œuvres qui véhiculent des propos haineux ou justifient des actes violents contre des femmes, des enfants, ou des minorités, et celles qui les représentent sans en faire l’apologie. C’est toute la différence entre les écrits de Mazneff et Lolita de Nabokov. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Pierre Charbonnier, penseur du climat social

Le Monde, 06/01/2020

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Ce philosophe, qui étudie les liens entre science politique et questions environnementales, est l’un des rares à soutenir que l’idéal démocratique est compatible avec une remise en question profonde de notre modèle économique et de notre mode de vie. »

Lire l’intégralité de l’article.

Grève des retraites, à quand le bout du tunnel ?

RFI, 07/01/2020

Avec Frédéric Sawicki,  professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« La semaine pourrait néanmoins être décisive avec des discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux demain. Une journée d’action jeudi et une autre samedi. On entend quelques voix commencer à évoquer l’après. Grève des retraites, à quand le bout du tunnel ? C’est la question du jour. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Hamit Bozarslan: « La Turquie pourrait changer d’alliance pour se rallier à la Russie contre l’Occident »

L’Echo, 22/12/2019

Avec Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« Je pense que l’Europe doit être infiniment plus ferme par rapport à la Turquie, mais aussi lui dire que tout processus de démocratisation sera le bienvenu. Les lignes rouges doivent être fixées mais l’opposition démocratique doit être beaucoup mieux soutenue. Cela n’a pas été le cas par exemple lorsque des milliers d’enseignants ont été licenciés, ou des juristes arrêtés (dans le cadre de la purge suite à la tentative de coup d’état de 2016, ndlr). »

Lire l’intégralité de l’interview.

Inde: derrière la loi sur la citoyenneté, le programme nationaliste hindou du gouvernement

Le Figaro, 04/01/2020

Avec Nicolas Jaoul, chargé de recherche CNRS

« Le RSS prêche le bien fondé du système de castes, avec une domination des Brahmanes, la caste supérieure des prêtres. Ils cherchent toutefois à recruter dans les basses castes, comme avec Modi, par exemple. Il a été formé au RSS et il s’est lui-même érigé en exemple de la promotion sociale des basses castes. »

Lire l’intégralité de l’article.

Espérance de vie : jusqu’à quel âge vit-on en bonne santé ?

France Culture, 20/12/2019

Avec Jean-Marie Robine, directeur de recherche INSERM

« Jusqu’à quel âge vit-on en bonne santé ? La question est au cœur de la mobilisation sur la réforme des retraites. S’il faudra peut-être travailler plus longtemps avec un âge pivot à 64 ans, serons-nous encore en pleine capacité de le faire ? Pour les défenseurs de la réforme, il est nécessaire de travailler plus longtemps car l’espérance de vie augmente. Les opposants, eux, arguent que l’espérance de vie en bonne santé stagne. Que disent précisément les études démographiques sur ces sujets ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Quels pays accueillent des réfugiés ?

France Info, 18/12/2019

Avec Michel Agier, directeur d’études EHESS

« Alors que s’est tenu mardi et mercredi le premier Forum mondial sur les réfugiés, franceinfo junior se penche sur le sujet. Pour répondre aux questions des enfants : Michel Agier, ethnologue, anthropologue spécialiste de la question des réfugiés. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Qui pense la réforme ?

France Culture, 16/12/2019

Avec Christophe Prochasson, président de l’EHESS et directeur d’études EHESS

« Alors que le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye vient de démissionner, tout le monde s’interroge sur celui ou celle qui prendra sa succession dans un dossier particulièrement complexe. Car une réforme comme celle-ci vient de loin : des rapports, des arbitrages, des concertations qui finissent par se transformer en projet de loi. L’idée elle-même de la réforme, d’où vient-t-elle ? De la haute administration, de Think-tank, de « visiteurs du soir » ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Les Lab Schools, ces « écoles laboratoires » qui s’adaptent au rythme de l’élève

L’Etudiant, 12/12/2019

Avec Pascale Haag, maîtresse de conférences EHESS

« Le stress est majeur chez les élèves, les professeurs sont souvent en détresse. Peu de choses ont changé dans la manière d’apprendre ces dernières années, car chercheurs et enseignants travaillent chacun de leur côté. J’ai voulu les rapprocher en m’inspirant de ce modèle, très répandu en Amérique du Nord, d’écoles qui mêlent recherche et enseignement. Ici, des chercheurs viennent faire des interventions ou des études, et ils aident les enseignants en leur donnant des clés. »

Lire l’intégralité de l’article.

Pourquoi il faut en finir avec le mythe de la femme amoureuse

ChEEk, 11/12/2019

Avec Isabelle Clair, chargée de recherche CNRS

« Sur le terrain, ce qui ressort très fortement, c’est que les garçons valent plus, leur statut a plus de valeur dans la société à de nombreux égards. Conséquence: on ne peut pas changer de partenaires masculins comme on change de chemise, parce que l’homme est un vrai sujet. »

Lire l’intégralité de l’article.

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Slate, 10/12/2019

Avec Régis Schlagdenhauffen, maître de conférences EHESS

« À l’origine, ce délit condamnait principalement les femmes qui urinaient à l’extérieur, quand il n’y avait pas de toilettes publiques. Puis, il a changé de vocation et a servi à réprimer les hommes dans les lieux publics. La France était un pays prude et les avocats devaient se battre pour que ce délit ne soit pas inscrit sur le casier judiciaire du condamné car c’était totalement infamant. »

Lire l’intégralité de l’article.

« J’ai visité les centres de détention aux frontières »

Konbini News, 05/12/2019

Avec Chowra Makaremi, anthropologue, chargée de recherche CNRS

« L’anthropologue Chowra Makaremi, sous les traits de crayon du dessinateur Matthieu Parciboula, raconte son immersion à la ZAPI 3 de Roissy dans la bande dessinée Prisonniers du passage, publiée aux éditions Steinkis. »

Voir la vidéo.

Les drogues et vous : dites-nous tout

Libération, 04/12/2019

Avec Marie Jauffret-Roustide, chargée de recherche INSERM

« L’intérêt de la GDS est qu’elle s’intéresse aux consommateurs. Elle n’a pas pour objectif de fournir un échantillon représentatif. Par ailleurs, dans la mesure où elle se fait sur la base du volontariat, cela évite aussi le biais des enquêtes réalisées dans les dispositifs de soins et de réduction des risques, qui tendent à produire une vision uniquement centrée sur les conduites addictives et très précarisées. ».

Lire l’intégralité de l’article.

« Pour aider les sans-abri, il faut s’appuyer sur les liens qu’ils ont créés dans la rue »

Libération, 04/12/2019

Avec Edouard Gardella, chargé de recherches CNRS

« Ce n’est pas par choix que les personnes refusent l’aide proposée, mais en raison d’un attachement contraignant à leur espace de vie, produit par la socialisation dans leur quartier et produisant la difficulté, que nous rencontrons tous, à s’arracher à un univers devenu familier par la force des choses. Le problème est que cet attachement se fait dans des conditions indécentes et dangereuses pour la santé. Comprendre pourquoi des personnes refusent l’aide proposée ne signifie donc pas qu’il ne faut rien faire, mais qu’il faut peut-être envisager les choses autrement. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Capitalisme, d’où viens-tu ? Les clichés capitaux

France Culture, 04/12/2019

Avec Juliette Rennes, maîtresse de conférences EHESS

« Ce sont des cartes postales que l’on s’échangeait à la Belle-Epoque, et dont le succès ne se dément pas aujourd’hui : on y voit des femmes en métier d’homme, afficheuses, cochères, conductrices de taxi, dans les rues du Paris de 1900. Quelle place la logique marchande a-t-elle eu dans la mise en avant de ces femmes et du progrès social qu’elles représentaient ? »

Lire l’intégralité de l’émission.


Inde : la révolte des intouchables

Paris Match, 03/12/2019

Avec Nicolas Jaoul, chargé de recherche CNRS

« En Inde, la caste est un facteur surdéterminant. C’est l’institution centrale et tout est organisé autour : les -secteurs de l’économie, de la finance, de la politique, des médias, à l’exception des lois écrites dans un but égalitaire. Cette organisation selon la caste, malgré l’interdiction des discriminations, traverse le temps et s’adapte aux différentes époques, depuis le colonialisme jusqu’au néolibéralisme actuel. »

Lire l’intégralité de l’article.

Faut-il privatiser la nature pour la sauver ?

Usbek & Rica, 02/12/2019

Avec Fabien Locher, chargé de recherche CNRS,

et Frédéric Graber, chargé de recherche CNRS,

« L’État néolibéral, ce n’est pas moins d’État, c’est un État qui gouverne en créant des marchés. Avec l’État, la propriété est l’institution la plus puissante de la modernité. »

Lire l’intégralité de l’article.

Capitalisme, d’où viens-tu ? Vie et mort du capitalisme

France Culture, 02/12/2019

Par Quentin Ravelli, chargé de recherche au CNRS

« Mais si on retrace cette lignée-là, qui est celle de la technologie, on voit que bien avant les luttes des luddites qui essaient de détruire les machines avant de s’attaquer à des rapports sociaux plutôt qu’à la technique, on a des signes plus que précurseurs et on peut remonter assez loin : l’attelage, la force motrice des machines à tisser, remonte bien avant, donc on est un peu perdu. Et surtout, il faut qu’il y ait, et c’est ça le principal obstacle, une classe politique au pouvoir qui instaure le capitalisme à l’échelle de pays entiers. Et ça, ce n’est pas possible simplement par la puissance d’une technique isolée, que ce soit le charbon, les chemins de fer ou autres. Donc, il faut aller creuser dans l’histoire politique pour trouver de meilleurs arguments et on abandonne cette idée pourtant séduisante. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Solidarité : «des solutions alternatives émergent»

Libération, 29/11/2019

Avec Serge Paugam, directeur d’études EHESS

« Les acquis socioprofessionnels français sont fragiles. Ils sont menacés par le néolibéralisme qui détricote le collectif. On introduit peu à peu un mode de fonctionnement qui contourne les acquis et précarise les emplois et les professions. Alors que la défiance des individus envers l’Etat s’accroît, des solutions alternatives fondées sur le volontariat associatif émergent ici ou là. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Le capitalisme est-il soluble dans le XXIe siècle ? Un monde en train de sortir de ses gonds

France Culture, 27/11/2019

Avec Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

« Nous remontons ce soir à l’apparition des préoccupations écologiques avec Pierre Charbonnier, philosophe, chargé de recherches au CNRS et auteur de « La fin d’un grand partage : nature et société de Durkheim à Descola » (CNRS Editions, 2015). »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

La part d’ombre de «l’Héritage des Lumières»

Libération, 27/11/2019

Avec Antoine Lilti, directeur d’études EHESS

« On peut parler d’un véritable basculement : l’ouverture cosmopolite des Lumières et l’enthousiasme révolutionnaire cèdent la place à une affirmation sans nuance de la supériorité européenne et de sa mission civilisatrice. »

Lire l’intégralité de l’article.

Les femmes maires ? Un fait rare dans le Haut-Doubs

Est Républicain, 27/11/2019

Avec Frédérique Matonti, professeure de science politique Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« La difficulté est d’avoir des femmes tête de liste. La loi sur la parité n’oblige en rien à ce qu’il y ait un pourcentage de femmes tête de liste. Et dans les municipales, c’est souvent la prime au sortant pour constituer les listes. Donc à des hommes. »

Lire l’intégralité de l’article.

Hong Kong : trois scénarios pour l’avenir du mouvement

Usbek & Rica, 23/11/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Tant que les manifestants se sentent fortement soutenus par l’opinion publique contre un gouvernement non élu, ils n’ont pas de raison de reculer. […] Le rôle de Pékin reste, dans une certaine mesure, flou, oscillant entre une apparente inertie et des appels à une méthode plus forte.

Lire l’intégralité de l’article.

Hong Kong, vers un nouveau souffle démocratique?

France Culture, 22/11/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Hong Kong, vers un durcissement de la contestation ? Quel nouveau souffle démocratique les habitants de cette cité-nation cherchent-ils ? On en parle avec le sinologue Sebastian Veg.

Selon lui, suite et contre pied de la révolution des parapluies qui avait eu lieu en 2014, la mobilisation actuelle à Hong Kong a été réellement déclenchée avec la grande manifestation massive du 9 juin et celle du 16 juin 2019, événement qui a rassemblé 2 millions de personnes, soit plus du quart des habitants du territoire. Un fait inouï, explique-t-il, une première dans l’histoire de Hong Kong pour cette contestation qui menacerait le principe « _Un pays, deux systèmes »_qui a présidé à la rétrocession en 1997. »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Amérique latine : quel rôle pour l’armée ?

France Culture, 20/11/2019

Avec Gilles Bataillon, directeur d’études EHESS

« L’armée chilienne a été déployée dans les rues pour mettre fin à la contestation sociale. Evo Morales a été poussé à la démission par l’armée bolivienne. Au Brésil et au Venezuela, les militaires restent influents… L’armée joue-t-elle encore les premiers rôles en Amérique latine ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

L’école entre dans une ère « new wave »

Les Echos, 18/11/2019

Avec Pascale Haag, maîtresse de conférences EHESS

« L’enseignement a besoin de la même diversité que la nature. Les apprentissages fondamentaux sont personnalisés dans le respect du rythme de l’enfant et de sa façon de s’approprier les connaissances. Nos supports sont l’autocorrection, les apprentissages collaboratifs et le tutorat. »

Lire l’intégralité de l’article.

Comment mieux aider les victimes d’attentats ?

France Culture, 13/11/2019

Avec Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS, psychiatre et anthropologue

« Quatre ans après les attentats du Bataclan, du Stade de France et de plusieurs terrasses du 11ème arrondissement, où en est l’aide aux victimes ? Comment les accompagner sur le long terme ? Les cérémonies et hommages permettent-ils l’apaisement, ou contribuent-ils à ré-ouvrir les traumas ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

L’Iran face à la contestation de son influence hors frontière

La Croix, 13/11/2019

Avec Stéphane Dudoignon, directeur de recherche CNRS

« Une partie de la population accuse le régime d’avoir abandonné ses idéaux sociaux et préférerait que le pays consacre ses ressources à la population au lieu de se lancer dans des opérations considérées comme coûteuses au Liban, en Syrie ou en Irak. Il faut imaginer Bonaparte rentrant d’Égypte et se faisant caillasser . »

Lire l’intégralité de l’article.

Hong Kong: le mouvement de protestation de 2019 et l’avenir du statut d’autonomie

Chine Magazine, 13/11/2019

Avec Sebastian Veg, directeur d’études EHESS

« Le fort sentiment d’identité civique qui s’est développé à Hong Kong depuis la rétrocession (même s’il ne se traduit par pour l’instant dans une revendication politique d’indépendance) vient se heurter au refus des autorités de poursuivre l’évolution démocratique prévue dans la Loi fondamentale. »

Lire l’intégralité de la tribune.

« Jamais Picquart n’a été le précurseur de Zola, jamais il n’aurait écrit “J’accuse” »

Le Monde, 12/11/2019

Avec Vincent Duclert, inspecteur général de l’éducation nationale

« Dès lors que le film s’ancre dans l’histoire, on est autorisé à le juger sur son rapport à cette matière. Or je constate, pour aller à l’essentiel, que le film donne de son personnage principal, le colonel Picquart, une image qui trahit la réalité. Il y apparaît en effet comme un personnage héroïque, qui se sacrifie à la cause de Dreyfus, et qui travaille main dans la main à cet égard avec le camp des dreyfusards. Il n’en fut rien. »

Lire l’intégralité de l’article.

Pourquoi la France continue-t-elle à faire la guerre hors de ses frontières ?

France Info, 11/11/2019

Avec Grégory Daho, maître de conférences Université Paris I Panthéon-Sorbonne

« Le président Macron a inauguré cet après-midi à Paris un monument en hommage aux 549 soldats français morts en opérations extérieures depuis 1963. Qu’elles aient eu lieu au Tchad, au Liban, en Yougoslavie, en Afghanistan, En Irak, en Syrie, ou au Sahel ces opérations montrent la volonté de la France de se trouver seule ou accompagnée dans des actions militaires éloignées. Comment justifier cette projection loin de ses frontières ? Pourquoi, malgré la volonté de Paris, si peu de pays européens complètent-ils le dispositif militaire français à l’étranger ? »

Ecouter l’intégralité de l’émission.

HITCH, UNE HISTOIRE IRANIENNE // Entretien avec Chowra Makaremi

Mediapart, 08/11/2019

Avec Chowra Makaremi, anthropologue, chargée de recherche CNRS

« Ça ne se joue pas au niveau du rapport à l’Etat où on va de bureau en bureau. Ce sont des démarches hyper dangereuses. Et comme les gens sont terrorisés par ce qui s’est passé, il n’y a pas de recherche. Donc à l’époque, personne ne m’a mis de bâtons dans les roues parce que je me suis bien gardée de faire des démarches publiques. D’ailleurs, il n’y a aucune investigation publique faite par des familles de personnes ayant été exécutées dans les années 80, simplement parce que c’est trop dangereux. » 

Lire l’intégralité de l’interview.

Frédéric Lordon interrogé par Joseph Andras

L’Humanité, 07/11/2019

Par Frédéric Lordon, directeur de recherche CNRS

« Nous sommes alors rendus aux tautologies du désir : pour sortir du capitalisme, il faut que se forme un désir de sortie du capitalisme plus grand que le désir de capitalisme. Tout dépendra des solutions qui seront proposées à cette équation. La solution « ZAD » est admirable en soi mais elle est d’une exigence qui la rend très difficilement généralisable. C’est une solution pour « virtuoses », pas pour le grand nombre. »

Lire l’intégralité de l’interview.

Pollution, inondations, contaminations : comment vivre avec la peur ?

France Culture, 28/10/2019

Avec Pierre-Henri Castel, directeur de recherche CNRS, psychanalyste

« Ecrire « Le mal qui vient », c’était une manière de reprendre l’idée de pulsion de mort chez Freud. Ça permet de soulever le sens même de la civilisation et de la part d’anéantissement qu’il y a dans sa construction. »

Regarder l’intégralité de l’émission.

Climat, retraites, pauvreté : les citoyens s’impliquent

Les Echos, 26/10/2019

Avec Loïc Blondiaux, professeur des université à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« On veut créer les conditions d’une prise de parole égalitaire. Quand un citoyen maîtrise préalablement un sujet, il peut écraser la parole des autres. Si les citoyens arrivent à se mettre d’accord à l’issue d’un débat contradictoire, on aura réussi quelque chose. »

Lire l’intégralité de l’article.

Nilüfer Göle : en trente ans, « le voile a changé de signification »

Le Monde, 28/10/2019

Avec Nilüfer Göle, directrice d’études EHESS

« L’interdiction du voile intégral voté en 2004, par exemple, a été suivie dans beaucoup de pays. En Suède, une femme voilée a été élue au Parlement pour la première fois il y a un an. Aujourd’hui, il est question d’y interdire le port du voile. Depuis une décennie, l’exception française, avec le lexique de la laïcité, le modèle du républicanisme laïc que l’on opposait au multiculturalisme, fait en quelque sorte école. En Europe, on va plutôt dans le sens de l’interdit sur la visibilité musulmane dans l’espace public. »

Lire l’intégralité de l’interview.

L’époque d’Edo: longue hégémonie des shoguns au Japon

Le Figaro, 28/10/2019

Avec Guillaume Carré, maître de conférences EHESS

« L’époque d’Edo (1600-1867) nous a légué des masses d’archives sans aucune mesure avec celles des périodes précédentes de l’archipel japonais, et parmi elles des témoignages de simples particuliers comme Kawachiya Kasho (1636-1713), un notable villageois de la région d’Osaka qui a laissé à la postérité ses impressions sur son époque en écrivant notamment: «Depuis le début de (l’ère) Genna (1615-1624), tout l’Empire est heureusement pacifié, et la Voie de nos gouvernants est rectifiée. Et il n’y a plus rien de fâcheux dans les charges (dues à l’autorité publique).»« 

Lire l’intégralité de l’article.

Le travail contre la liberté. Quand les esclaves reprennent le travail

France Culture, 31/10/2019

Avec Céline Flory, chargée de recherche CNRS

« Pour aborder la notion de l’engagisme dans les Caraïbes au XIXème siècle, nous recevons Céline Flory, chargée de Recherche au CNRS, membre du bureau du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC), Laboratoire International Associé du CNRS. Elle a notamment écrit De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle, Paris, Khartala, 2015. « 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

Camion de l’horreur : « Trois routes migratoires sont possibles depuis la Chine »

Le Parisien, 24/10/2019

Avec Simeng Wang, chargée de recherche CNRS

« Trois routes migratoires sont possibles. Le moyen le plus direct consiste à solliciter un visa touristique et atterrir en Europe occidentale. Deuxième approche possible, un vol un peu plus court pour arriver en Europe de l’Est, en Roumanie, Bulgarie ou Pologne par exemple. Des réseaux de passeurs prennent alors le relais. La fin du voyage à destination de la France ou de la Grande-Bretagne se fait en train, voiture ou camion. Enfin, j’ai identifié une troisième voie, plus atypique, par bateau. Je me souviens d’une personne partie de Chine en direction de l’Afrique du Sud avant de remonter jusqu’à Marseille via Gibraltar. Selon mes témoins, le prix de cette migration est compris entre 15 000 et 30 000 euros par personne. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« En Afghanistan, les dommages d’une politique étrangère américaine chaotique »

Le Monde, 24/10/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de science politique

« La politique afghane des Etats-Unis nous montre les conséquences concrètes de cette incroyable désorganisation. Rappelons que le président Trump a demandé au négociateur américain, Zalmay Khalilzad, et à son équipe de conclure rapidement un accord avec les talibans pour achever le retrait des troupes américaines avant la présidentielle américaine. Cette contrainte explique que les Américains ont essentiellement cédé aux demandes des talibans, en dépit de l’absence de garanties concernant l’organisation Etat islamique et Al-Qaida. »

Lire l’intégralité de la tribune.

De l’intervention au désengagement : la double peine

France Culture, 22/10/2019

Avec Gilles Dorronsoro, professeur de Sciences politiques Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

« Le retrait américain d’Afghanistan a échoué en raison de la corruption du régime afghan, du manque de formation de cette armée, et de l’effort de professionnalisation du régime afghan. Le vrai problème, c’est le calendrier du retrait qui est conditionné à l’ouverture des négociations inter-afghanes. Il y a un vrai consensus sur le retrait américain d’Afghanistan. On est dans un mouvement de repli identitaire dans toutes les populations occidentales.

Ecouter l’intégralité de l’émission.

« Un nouvel ordre proche-oriental se met en place, avec Poutine comme arbitre »

L’Obs, 21/10/2019

Avec Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« L’Amérique de Donald Trump est devenu un bateau ivre qui navigue de manière incohérente. Elle a dû dépêcher son vice-président et ses diplomates pour négocier un cessez-le-feu provisoire entre Ankara et les Kurdes ; les mécanismes de contrôle et d’équilibre classiques ont été déplacés du Congrès vers l’administration elle-même. »

Lire l’intégralité de l’article.

Génocide des Tutsis au Rwanda : la liste des membres de la Commission d’enquête sur les archives françaises dévoilée

TV5 Monde, 18/10/2019

Avec Vincent Duclert, inspecteur général de l’éducation nationale

« Nous nous tournons vers ces chercheurs, nous les rencontrons, nous avons déjà commencé à les rencontrer. Tout ce travail commun sera restitué dans le rapport. […] Lorsque les archives manquent, nous documentons les décisions qui laissent des traces : s’il y a des blocages d’accès aux archives, j’en rendrai compte au président de la République puis aux Français. »

Lire l’intégralité de l’article.

Eva Illouz : « Le développement personnel, c’est l’idéologie rêvée du néolibéralisme »

Usbek & Rica, 13/10/2019

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« L’idéologie du développement personnel est à la fois psychique et économique, parce que l’idée-clé sous-jacente est que c’est par le travail sur soi qu’on arrive à surmonter tous les problèmes économiques. C’est donc vraiment l’idéologie rêvée du néolibéralisme, puisque lui-même repose sur l’idée que c’est aux individus de faire le travail fait auparavant par l’État. Nous devenons responsables de notre destinée économique par le bon management de notre psyché, ce qui veut dire aussi que les destitués n’ont finalement à s’en prendre qu’à eux-mêmes, puisqu’il y a des instruments, des techniques, pour être toujours les vainqueurs, puisqu’il ne s’agit que de cela en fait. »

Lire l’intégralité de l’interview.

« Pour Erdogan, la turcité doit dominer dans cette région »

France Culture, 12/10/2019

Avec Hamit Bozarslan, directeur d’études EHESS

« Je pense que la politique de chantage continue. Il y a deux jours Erdogan a menacé l’Europe d’ouvrir les frontières et de renvoyer les 3,5 millions de réfugiés. Déjà en 2015, ça avait été très clairement sa stratégie, dans un contexte extrêmement tendu notamment entre l’Allemagne et la Turquie. » 

Ecouter l’intégralité de l’émission.

%d blogueurs aiment cette page :