Porteur du projet : Florent Brayard

En janvier 2016, soixante-dix ans après la mort de son auteur, Adolf Hitler, et en vertu de la législation internationale sur le copyright, Mein Kampf est tombé dans le domaine public. C’est en prévision de l’expiration du copyright que l’Institut für Zeitgeschichte s’est lancé dans une édition critique monumentale parue en janvier. Monumentale, l’édition l’est à plusieurs titres : le texte originel de 700 pages se trouve complété par pas moins de 3 500 notes, offrant un volume total de 2 000 pages et pesant son poids de 6 kilos, en deux tomes.

Depuis 2011, les éditions Fayard ont lancé un projet d’édition critique française avec le souhait de s’appuyer sur le travail de l’IfZ. La nouvelle direction des éditions Fayard a demandé en octobre 2015 à Florent Brayard, directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de recherches historiques, spécialiste de l’histoire de la Shoah, de prendre la responsabilité de ce projet ambitieux et délicat. Florent Brayard a constitué, autour de cette édition critique, une équipe d’une quinzaine de chercheurs, français et allemands, historiens et germanistes, spécialistes de l’histoire du IIIe Reich ou de celle des Juifs, chercheurs ou enseignants-chercheurs, post-doctorants, doctorants ou masterants.

De plus, il a constitué un comité scientifique international chargé d’accompagner l’ensemble de l’entreprise, depuis la détermination des principes suivis par l’édition française jusqu’à l’évaluation du travail effectué. Ce comité scientifique mêle des spécialistes incontestables de Mein Kampf, de Hitler ou du nazisme et des historiens de la guerre ou de la persécution des juifs.

Le projet comporte quatre volets complémentaires : assurer un transfert de connaissances; produire un véritable gain intellectuel; décomplexifier la lecture en proposant une lecture scruptuleuse de Mein Kampf avec l’ajout d’introductions permettant d’accompagner le lecteur; organiser des manifestations ouverte à la communauté scientifique.

Retrouvez plus d’informations sur le projet ici.


Agenda

Table ronde 

« Publier l’impubliable »

 

Le 18 février 2016 au Mémorial de la Shoah, Paris

Les théories raciales et les écrits intimes des nazis tombés dans le domaine public sont désormais accessibles. Que faire de ces textes qui incitent à la haine, dont la diffusion et l’usage ne sont plus restreints par la loi ? Comment expliquer l’intérêt pour de telles publications ? Quelles éditions sont possibles pour prévenir les dérives que pourraient provoquer la publication de ces livres ? La publication de plusieurs ouvrages sera évoquée par les différents intervenants présents lors de cette rencontre :

  • Florent Brayard, directeur de recherche, CNRS, pour Mein Kampf, Fayard, à paraitre
  • Philippe Coen, avocat et fondateur de l’Initiative de Prévention de la Haine, et Jean-Marc Dreyfus, maître de conférences, université de Manchester pour Pour en finir avec Mein Kampf et combattre la haine sur internet, Le bord de l’eau, 2016
  • Jean-Marc Dreyfus pour Le catalogue Gœring, Flammarion, 2015
  • Pascal Ory, professeur, université Paris 1, pour Le dossier Rebatet editions, Robert Laffont, 2015
  • Denis Peschanski, directeur de recherche, CNRS pour le Journal de Goebbels, Talandier, 2005

Conférence

« Republier Mein Kampf ? Autour de l’édition critique allemande de l’Institut für Zeitgeschichte »

Mise en page 1


Table ronde

« Mein Kampf als Edition?

Eine Rechtfertigung und ein Ansatz »

table ronde Mein Kampf 14 uin 2016.png

 

table ronde Mein Kampf 14 juin suite.png


Colloque

« Mein Kampf. Reception, Edition, Analysis »

4285647638_1586b9b2f3_b

Le 11 novembre 2016, Duitsland Instituut Amsterdam, Amsterdam

Plus d’informations sur la conférence ici.


Séminaire mensuel 

« Lire et publier Mein Kampf »

image une mein kampf

De janvier à juin 2017, EHESS, Paris

Florent Brayard, directeur de recherche au CNRS (TH) ( CRH-HHS )

Ivan Ermakoff, directeur d’études de l’EHESS (TH) ( CESPRA )

 Mein Kampf, l’ouvrage d’Adolf Hitler publié initialement en deux volumes en 1925 et 1926 et vendu jusqu’en 1945 à une douzaine de millions d’exemplaires en Allemagne, a trouvé récemment une nouvelle actualité : soixante-dix ans après la mort de son auteur, il est entré en 2016 dans le domaine public. À cette occasion, l’Institut für Zeitgeschichte de Munich a publié la toute première et monumentale édition critique de cette source majeure de l’histoire du XXe siècle et une équipe française, sous la direction de Florent Brayard, s’est lancée, en lien avec l’IfZ, dans une entreprise similaire. Car, malgré tout, il faut bien lire Mein Kampf, et même le lire de près, avec attention en dépit de son caractère répulsif, pour mieux comprendre les modes de fonctionnement de l’idéologie nazie et hitlérienne et son articulation avec l’action. C’est ce qu’on se propose de faire dans ce séminaire, conçu sur trois ans, et où l’on invitera, au cours de la première année, les meilleurs spécialistes de ce livre-monstre.

Programme du séminaire:

20 janvier 2017 : Othmar Plöckinger, « Mein Kampf, History of a book. Genesis – Distribution – Impact » (séance en anglais)

Spécialiste de Mein Kampf dont il a coédité l’édition critique allemande, Othmar Plöckinger est un historien indépendant. Il a publié, en 2006, l’ouvrage de référence sur le sujet : Geschichte eines Buches. Adolf Hitlers « Mein Kampf » 1922-1945 (Munich, Oldenbourg Verlag). En 2016, il a également publié Quellen und Dokumente zur Geschichte von « Mein Kampf » : 1924-1945 et Schlüsseldokumente zur internationalen Rezeption von « Mein Kampf » (Stuttgart, Franz Steiner Verlag). Il est enfin l’auteur de Unter Soldaten und Agitatoren : Hitlers prägende Jahre im deutschen Militär 1918 – 1920 (Paderborn, Schöningh, 2013).

17 février : Roman Töppel, « The sources of Hitler’s anti-Semitism in Mein Kampf » (séance en anglais)

Spécialiste du nazisme, Roman Töppel est l’un des coéditeurs de l’édition scientifique de Mein Kampf, publiée en 2016 par l’Institut für Zeitgeschichte. Il vient de publier Kursk 1943. Die größte Schlacht des Zweiten Weltkriegs (Paderborn, Schöningh, 2017).

17 mars : Ewoud Kieft, « Hitlers pragmatism : The Politics of Mein Kampf » (séance en anglais)

Historien et écrivain, Ewoud Kieft est affilié au NIOD (Amsterdam). Il a publié en 2014 Oorlogsenthousiasme. Europa 1900-1918 (Amsterdam, De Bezige Bij) et achève un ouvrage sur Mein Kampf, Het verboden boek: Mein Kampf en de aantrekkingskracht van het nazisme, à paraître chez Atlas Contact en 2017.

21 avril : Wolfram Pyta, « Hitler : l’orateur comme écrivain »

Wolfram Pyta est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Stuttgart. Il est un des grands spécialistes de la république de Weimar sur laquelle il a publié plusieurs ouvrages : Gegen Hitler und für die Republik. Die Auseinandersetzung der deutschen Sozialdemokratie mit der NSDAP in der Weimarer Republik (Düsseldorf, Droste, 1999) ; Dorfgemeinschaft und Parteipolitik 1918–1933. Die Verschränkung von Milieu und Parteien in den protestantischen Landgebieten Deutschlands in der Weimarer Republik (Düsseldorf, Droste, 1996) ; Die Weimarer Republik (Opladen, Leske + Budrich, 2004). Il est également l’auteur d’une biographie de Hindenburg, Hindenburg. Herrschaft zwischen Hohenzollern und Hitler (München, Siedler, 2007) et d’une, plus récente, de Hitler, Hitler. Der Künstler als Politiker und Feldherr. Eine Herrschaftsanalyse (München, Siedler, 2015).

19 mai: Jörg Echternkamp, « L’apogée du nihilisme ? Une interprétation conservatrice du nazisme »

Jörg Echternkamp est Privatdozent à l’université Martin Luther de Halle. Il est spécialiste d’histoire militaire et d’histoire culturelle. Il a publié en particulier Der Aufstieg des deutschen Nationalismus 1770–1840 (Francfort, Campus, 1998), Kriegsschauplatz Deutschland 1945. Leben in Angst. Hoffnung auf Frieden (Paderborn, Schöningh, 2006) et Soldaten im Nachkrieg. Historische Deutungskonflikte und westdeutsche Demokratisierung 1945-1955 (Munich, De Gruyter Oldenbourg, 2014).

16 juin : Séance conclusive


Table ronde

« La réception internationale de Mein Kampf »

 

Le 23 novembre 2017, Mémorial de la Shoah, Paris

Le passage dans le domaine public de Mein Kampf d’Adolf Hitler a suscité de nombreuses polémiques. En Allemagne a été mené un travail d’édition critique. En France, une édition scientifique est en cours. En Inde, au Japon ou encore en Turquie, Mein Kampf a rencontré un très grand succès.

Comment expliquer la transposition du document dans des aires culturelles aussi différentes ?

Plus d’informations ici.


Participation au séminaire

« Traces de guerre, Seconde Guerre mondiale »

Capture-d’écran-2018-01-19-à-14.43.13-1.png

 

Capture-d’écran-2018-01-19-à-14.43.13-3222183141-1516369717477.png

internention brayard

Retrouvez le programme complet du séminaire ici.


Évènements à venir:

  • 19 février 2018: participation au séminaire « Editer Mein Kampf: Peuples et races », séminaire du GEHM, EHESS, Paris
  • 22 février 2018: conférence « Pourquoi éditer Mein Kampf  », ULB, Bruxelles
  • Avril 2018: organisation de la journée d’études « La réception française de Mein Kampf», IHAP, Paris
  • 8 juin 2018: Table ronde sur l’édition critique de Mein Kampf, Nuit de l’ENS, ENS, Paris
  • 13 juin 2018: participation à la table ronde « Autour de l’édition critique française de Mein Kampf», Fritz Bauer Institut, Francfort

On en parle dans les médias:

Sciences Humaines, le 16 mars 2016

France info, le 8 janvier 2016

The Conversation, le 9 juin 2016

L’Express, le 14 octobre 2015

Libération, le 26 octobre 2015