L’historien Roman Krakovsky vient de publier L’Europe centrale et orientale de 1918 à nos jours aux éditions Armand Colin (2017). Il revient dans cette tribune sur la récente « marche de l’Indépendance » en Pologne et plus généralement sur l’arrière-fond historique de la poussée « illibérale » et populiste en Pologne, en Hongrie et en République tchèque.

 

Le 11 novembre à Varsovie, le monde découvre, stupéfait, une extrême-droite polonaise – et européenne – décomplexée et fière de l’être. Cet événement symbolique permet-il de mieux comprendre ce qui se passe actuellement en Pologne et ailleurs en Europe centrale et orientale ?

Les paradoxes

Au premier abord, les slogans qu’arborent les banderoles des manifestants véhiculent un message paradoxal.

La célébration d’une extrême-droite aux couleurs nationales, à travers les symboles fascistes des années 1930 et les uniformes militaires des résistants polonais anti-communistes de la Seconde Guerre mondiale, semble incompréhensible. Car c’est cette même extrême-droite qui a grandement contribué à l’instabilité politique du pays dans l’entre-deux-guerres. Car le nazisme, son grand frère, a causé au pays des dommages matériels et humains sans commune mesure avec ceux qui affectent le reste de l’Europe. Lorsqu’on se rappelle que près d’un Polonais sur cinq n’a pas survécu à la guerre (contre un sur 77 pour la France par exemple) et que le pays, exploité de manière prédatrice par Berlin, s’est retrouvé en 1945 à un niveau préindustriel, le reset de la mémoire collective que la Pologne est en train de faire actuellement est difficile à comprendre.

« Comment parvient-on à faire des musulmans, un groupe quasi inexistant une menace pour la survie de la nation ? »

À en croire ces bannières figurant un réfugié musulman niché dans un cheval de Troie aux portes de l’Europe ou les slogans comme « Pas de Pologne islamiste, pas de Pologne laïque, mais une Pologne catholique », le pays serait envahi par les musulmans qui mettent en cause l’identité (chrétienne) de la nation. Or le nombre de musulmans dans le pays est insignifiant : 20 000 sur 38 millions d’habitants selon le dernier recensement, soit 0,1 % de la population du pays. Comment parvient-on à faire d’un groupe quasi inexistant une menace pour la survie de la nation ?

Enfin, les étendards comme « On veut gouverner notre pays nous-mêmes et pas se faire gouverner par l’UE » laissent entendre que la Pologne serait inféodée aux puissances étrangères. Or c’est justement l’entrée dans l’UE qui a signifié pour la Pologne – comme pour les autres pays de la région – un spectaculaire bond en avant et une libération par la prospérité. En 2017, le pays enregistre une croissance soutenue (4,2 %) et un chômage le plus bas depuis 25 ans (4,7 %). C’est l’Europe qui a permis à la Pologne de s’affirmer pleinement et de devenir un des piliers politiques et économiques du continent, avec ses 38 millions d’habitants et sa parité de pouvoir d’achat qui la place à l’honorable 25e place du classement mondial. L’élection de Donald Tusk à la présidence du Conseil européen est un symbole de la reconnaissance de cette place de la Pologne parmi les grands. Pourquoi alors les Polonais considèrent-ils aujourd’hui l’UE avec autant de mépris et de méfiance ?

Le pouvoir des émotions

Un des moyens pour mieux déchiffrer ce qui se passe actuellement en Pologne – et plus généralement dans la région, car la situation est similaire en Slovaquie, en République tchèque ou en Hongrie – est de prendre au sérieux les émotions qui s’expriment à travers cette manifestation et d’essayer de saisir ce qui s’exprime à travers elles. Car l’émotionnel est un moyen de saisir le politique au même titre que le rationnel, comme le rappelait déjà en 1920 l’écrivain yougoslave Ivo Andrić dans sa Lettre. Au sujet de la cohabitation conflictuelle des ethnies qui composaient ce qui s’appelait alors le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, il observe que la « haine, tout comme la colère, joue un rôle dans le développement de la société, car la haine donne la force et la colère pousse à l’action. Il est de vieilles injustices et des abus profondément enracinés que seuls les débordements de la haine et de la colère peuvent arracher et balayer ».

« La mobilisation des émotions est particulièrement bienvenue en périodes de crise et de remise en cause des identités collectives comme celle que l’Europe centrale et orientale traverse actuellement. »

Les émotions sont en effet de puissants facteurs de mobilisation et de cohésion sociale. Elles agissent comme une « colle » qui relie les uns aux autres et donne ainsi le sentiment d’appartenir à la même « communauté du ressentiment ». La mobilisation des émotions est particulièrement bienvenue en périodes de crise et de remise en cause des identités collectives comme celle que l’Europe centrale et orientale traverse actuellement.

Sous cet angle, la manifestation du 11 novembre révèle la peur et la colère distillées dans la société polonaise. La peur de perdre les acquis du passé dans un monde globalisé (qu’il s’agisse des acquis matériels ou spirituels voire identitaires) et la colère qui permet à ceux qui ont peur de perdre ces acquis – ou qui les ont effectivement perdus – de descendre dans la rue pour mieux les conserver ou les reconquérir. Au passage, prendre ainsi son destin en mains contribue à reconstruire une image positive de soi.

Lire l’intégralité de l’article sur Hulala

About the Author Tepsis

Le Laboratoire d’Excellence (LabEx) Tepsis se donne pour objet la diversité des modes d’intervention du politique dans la Cité et dans l’espace des sociétés. Il se propose de relier l’analyse des modes de gouvernement des sociétés modernes et contemporaines et celle des pratiques sociales qui transforment les formes d’organisation et de régulation des activités humaines. Tepsis rassemble des chercheurs et des équipes appartenant à 14 Unités Mixtes de Recherche associées au CNRS, toutes évaluées A+ et A par l’AERES, et au centre de recherche de l’ENA.