« Les gilets jaunes, un mouvement contre la mobilité vers le bas »

La Croix, 18/02/2019

Avec Eva Illouz, directrice d’études EHESS

« Ce qui me rend plus perplexe, c’est que les revendications des gilets jaunes s’adressent à l’État mais pas au patronat. Pourquoi laissent-ils le patronat tranquille ? C’est une énigme, car dans cette affaire ce n’est pas tellement l’État qui est coupable, ou du moins pas seulement. Ce sont les grandes entreprises qui refusent de participer au contrat social et ne se sentent redevables qu’à leurs comités directeurs. Ce n’est pas Macron et sa politique fiscale – quoi qu’on en pense – qui est en cause. C’est l’oligarchie qui ne se sent pas responsable et qui a réussi à imposer sa vision du monde et de l’économie aux grandes machines bureaucratiques de l’État et de l’Europe. Les grandes entreprises devraient travailler avec l’État à éradiquer la pauvreté et à assurer un niveau de vie décent à la population, mais elles refusent de le faire. »

Lire l‘intégralité de l’article.

A propos de l’auteur Tepsis

Le Laboratoire d’Excellence (LabEx) Tepsis se donne pour objet la diversité des modes d’intervention du politique dans la Cité et dans l’espace des sociétés. Il se propose de relier l’analyse des modes de gouvernement des sociétés modernes et contemporaines et celle des pratiques sociales qui transforment les formes d’organisation et de régulation des activités humaines. Tepsis rassemble des chercheurs et des équipes appartenant à 14 Unités Mixtes de Recherche associées au CNRS, toutes évaluées A+ et A par l’AERES, et au centre de recherche de l’ENA.
%d blogueurs aiment cette page :