A l’instar des Ateliers de recherches internationaux, les Mini-ateliers du LabEx Tepsis organisent, sur les axes structurants du LabEx, des dynamiques de recherches et de formations, par des séminaires, des workshops et des journées d’études associant des membres du LabEx, des chercheurs internationaux et des doctorants.

Le fond de dotation s’élève à 5.000 € sur une année. L’examen des demandes se fait par le Comité de direction.

A l’heure actuelle, le LabEx Tepsis a aidé à l’organisation de dix sept mini-ateliers.


Mini-ateliers financés par le LabEx TEPSIS:

Année 2018

« Travail et genre : quelles rencontres entre recherches féministes et mouvements sociaux ? »

Responsable scientifique : Sophie Pochic, Directrice de recherche (CNRS/CMH)

Le thème ‘travail et genre’ est au coeur des recherches féministes et à l’origine des études sur le genre. Il est, entre autres, porté par le réseau MAGE (Marché du travail et Genre) et la revue Travail, Genre et Sociétés, qui ouvre un dialogue pluridisciplinaire au sein des sciences sociales et rassemble plusieurs membres du Labex Tepsis. Le projet de cet atelier entend à la fois renforcer les synergies sur ces questions de recherche et favoriser le transfert des recherches académiques sur les questions de travail et genre vers la société civile et les médias.

Dans le cadre de cet atelier, un colloque international est organisé en partenariat avec le 8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie, à l’Université de Nanterre, les 29 et 30 août 2018 (dates à confirmer). Ce colloque vise à dynamiser et enrichir les analyses et expériences sur le thème « travail et genre », par des rencontres inter-générationnelles et internationales de chercheur.e.s, de syndicalistes et d’associations féministes. Trois principaux thèmes seront abordés : la question de la polarisation entre les « gagnantes et les oubliées » de l’égalité professionnelle ; les enjeux du développement des espaces numériques, tant en termes d’opportunités d’emploi que de mobilisations féministes ; enfin, les répercussions en termes d’emploi des violences conjugales.

Agenda 2018 :

Table ronde Les Amphis du MAGE – mercredi 28 mars 2018

Capture d’écran 2018-04-04 à 16.22.40.png

 


Atelier du réseau « Critique et pragmatisme dans la sociologie : dialogues entre le Brésil et la France  » (2ème rencontre)

Responsable scientifique : Nicolas Dodier, Directeur d’étude EHES/INSERM

Un colloque a réuni en août 2016 à l’Université de Brasilia des chercheurs français et brésiliens de différentes générations autour de travaux et de discussions en sciences sociales qui mobilisent des courants de recherche associés à des approches pragmatistes:

colloque critique pragmatisme.png

Plus d’informations ici.

Ce premier colloque a permis de créer un réseau plus formalisé de recherches franco-brésiliennes autour des questions mobilisant la participation du public, des acteurs sociaux et des théories sociologiques mentionnées, encore peu divulguées tant dans le monde de la recherche que de l’enseignement dans ces différents pays.

La rencontre de 2018 vise à poursuivre l’organisation et le développement de ces échanges et à traiter de façon plus large et plus systématique les questions que posent les approches d’inspiration pragmatistes, et leurs apports spécifiques, sur plusieurs chantiers de la sociologie. La prise en compte des différentes échelles de temporalité fera l’objet des trois conférences plénières. Quatre tables-rondes permettront d’aborder les thèmes suivants : la prise en compte des dispositifs dans l’analyse sociologique ; l’investigation sur les dimensions existentielles de la vie sociale ; la recherche sur les mobilisations collectives ; l’étude des politiques publiques. Une table-ronde sera consacrée aux questions méthodologiques soulevées par les approches d’inspiration pragmatiste.

Le colloque contribuera également à la diffusion des sciences sociales d’inspiration pragmatiste et des questions qui leur sont liées, auprès des enseignants chercheurs au Brésil et en Amérique du Sud. Il pourrait contribuer à davantage d’inclusion de ces thèmes dans les programmes d’enseignement. Au-delà du champ académique, les résultats des discussions qui se tiendront au cours de ce colloque et, par la suite, au sein du réseau d’échanges, pourront s’inscrire en dialogue avec des programmes et des conceptions de politique publique visant à favoriser et à prendre davantage en compte les processus critiques portés par les acteurs sociaux sous différentes modalités et au sein de différentes organisations.

“Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXé siècle”

Responsable.s scientifique.s : Radu G. Pàun (CERCEC) & Laurent TATARENKO (IESW/CERCEC)

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. Notre atelier propose une révision critique des travaux portant sur ces problématiques à l’échelle européenne et coloniale avec l’objectif de construire un bagage méthodologique à même d’être utilisé sur les terrains de l’Europe orientale et balkanique. L’un des apports de cette démarche serait d’inscrire ces zones dans la réflexion d’ensemble sur la désobéissance collective à l’époque moderne et de proposer à terme une histoire connectée de ces phénomènes à différentes échelles. Notre enquête débutera dans les premières décennies du xvie siècle, pour se poursuivre jusqu’à la fin de la période napoléonienne, marquée par la mise en place d’un nouvel équilibre des pouvoirs en Europe (1815). Une attention particulière sera accordée aux zones frontalières, dont l’appartenance à un ensemble politique ou à un autre a maintes fois soulevé de graves problèmes, tant à l’intérieur des États concernés qu’entre voisins concurrents. Ce regard depuis les marges vers le pouvoir central permettra d’interroger sous un angle nouveau les mécanismes de gouvernance et le processus de constitution des États modernes dans la région.


mini ateliers 1.pngmini ateliers 2.png

Liste des Mini-ateliers financés par le LabEx Tepsis 2014 – 2017 (version PDF)