Le Figaro, 12/02/2019

Par Ran Halévi, directeur de recherche CNRS

« Après quatre mois de manifestations, on peut se demander ce que ressentent aujourd’hui leurs tout premiers initiateurs. Non pas les porte-parole échevelés qu’on a vus, parés de jaune, défiler sans fin dans les médias, pour apostropher ministres et députés, disserter sur les institutions et réclamer, au choix, le renvoi du gouvernement, la destitution du chef de l’État, une nouvelle République, des référendums perpétuels… Mais les vétérans des ronds-points, ces «périphériques» invisibles, oubliés, surtaxés, dont on n’avait jusque-là qu’une connaissance livresque, avant que tout un pays ne se mette à les entendre et, pour un temps, à les acclamer. Que pensent-ils de leur révolte, presque aussitôt noyautée par des sermons haineux, des menaces physiques, des violences extrêmes, des dérapages et des déprédations ? »

Lire l’intégralité de l’article.

 

A propos de l’auteur Tepsis

Le Laboratoire d’Excellence (LabEx) Tepsis se donne pour objet la diversité des modes d’intervention du politique dans la Cité et dans l’espace des sociétés. Il se propose de relier l’analyse des modes de gouvernement des sociétés modernes et contemporaines et celle des pratiques sociales qui transforment les formes d’organisation et de régulation des activités humaines. Tepsis rassemble des chercheurs et des équipes appartenant à 14 Unités Mixtes de Recherche associées au CNRS, toutes évaluées A+ et A par l’AERES, et au centre de recherche de l’ENA.