A l’occasion de l’anniversaire des évènements de mai 68, et après la publication de son livre « Mai 68: un pavé dans leur histoire. Évènements et socialisation politique » (2004, Presses de Sciences-Po), Julie Pagis, chargée de recherche IRIS/EHESS est interrogée par Hervé Gardette dans l’émission Politique! sur France culture.


Julie Pagis (2014), Mai 68: un pavé dans leur histoire. Évènements et socialisation politique, Presses de Sciences-Po

Julie Pagis Mai 68


50 ans après, que sont devenus les acteurs de Mai 68 ? Au-delà des itinéraires très médiatiques de Daniel Cohn-Bendit, Serge July ou Romain Goupil, quel héritage politique, social, intellectuel laisse cette génération ?

Pourquoi revenir sur Mai 68, 50 ans après ?

Justement, parce que cela fera 50 ans, au printemps, que cet événement a eu lieu, et qu’une étrange coutume veut que l’on s’y repenche tous les 10 ans. Les témoins directs sont toujours vivants. Ils sont septuagénaires, l’âge d’être à la retraite (et beaucoup le sont).

On peut d’ailleurs considérer que le profond renouvellement (et rajeunissement) politique observé l’an dernier, à la faveur de la présidentielle et des législatives, aura été un passage de témoin d’une génération à une autre : de celle des soixante-huitards à celle de leurs enfants.

Mais pour quitter le pouvoir, encore faut-il l’avoir exercé. Cette « génération 68 » a-t-elle vraiment monopolisé les postes politiques, économiques, médiatiques, au prix du reniement de ses idéaux ?

Re-écouter l’intégralité de l’émission

A propos de l’auteur Tepsis

Le Laboratoire d’Excellence (LabEx) Tepsis se donne pour objet la diversité des modes d’intervention du politique dans la Cité et dans l’espace des sociétés. Il se propose de relier l’analyse des modes de gouvernement des sociétés modernes et contemporaines et celle des pratiques sociales qui transforment les formes d’organisation et de régulation des activités humaines. Tepsis rassemble des chercheurs et des équipes appartenant à 14 Unités Mixtes de Recherche associées au CNRS, toutes évaluées A+ et A par l’AERES, et au centre de recherche de l’ENA.