Conférence internationale

16-17 décembre 2015

Grand Amphithéâtre de la Bibliothèque nationale de France

Quai François Mauriac, 75013 Paris

Depuis plusieurs années, les réfugiés affluent en Europe, fuyant les conflits moyen-orientaux, la pauvreté, la faim et les conséquences du réchauffement climatique. Sidérés par les photos de barques pleines ou de victimes noyées qui n’émeuvent qu’un temps, le plus souvent ignorants des nécessités qui poussent ces migrants à fuir leur pays, les citoyens européens restent, le plus généralement, indifférents à leur sort. Affrontés à la détresse des déplacés, ou l’instrumentalisant dans le cadre des luttes politiques, les dirigeants des États d’Europe occidentale, rétablissent leurs frontières, mettent en place des politiques de quotas, ou pire, construisent quelques nouveaux murs.

Un constat s’impose : nous ne savons plus penser la guerre. La violence à laquelle les populations du Moyen-Orient sont confrontées, et celle, comme en miroir, qu’elle suscite dans les états pacifiés qui pourraient les accueillir, confronte les chercheurs à un véritable défi : envisager la violence dans ses implications concrètes et ontologiques, en ressaisissant les acteurs qui en usent dans l’histoire, dans leur histoire.

Retrouvez le programme sur le site du colloque.