Il s’agit d’un fonds de préfiguration attribué à Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay (CESSP).

Ce projet, qui a pour objet de présenter une interprétation de la phase initiale et pacifique des mobilisations en Syrie (printemps 2011), est né d’un étonnement initial – pourquoi descend-on dans la rue quand on sait que le régime est prêt à tirer sur la foule ? Pourquoi les manifestations pacifiques durent-elles près d’un an sans s’épuiser, mais sans entraîner l’effondrement du régime ? – et d’une insatisfaction par rapport aux réponses disponibles.

Pour en savoir davantage, c’est ici !