Il s’agit d’un atelier de recherche international. Pour en savoir davantage, c’est ici !


En janvier 2016, soixante-dix ans après la mort de son auteur, Adolf Hitler, et en vertu de la législation internationale sur le copyright, Mein Kampf est tombé dans le domaine public.

C’est en prévision de l’expiration du copyright que l’Institut für Zeitgeschichte (IfZ) s’est lancé dans une édition critique monumentale parue en janvier dernier. Dans la présente édition critique de Mein Kampf, les exigences de l’érudition allemande ont encore été renforcées : le texte originel de 700 pages se trouve complété par pas moins de 3 500 notes, offrant un volume total de 2 000 pages et pesant son poids de 6 kilos, en deux volumes.

Depuis 2011, les éditions Fayard ont lancé un projet d’édition critique française avec le souhait de s’appuyer sur le travail de l’IfZ. La nouvelle direction des éditions Fayard a demandé en octobre 2015 à Florent Brayard, directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de recherches historiques et spécialiste de l’histoire de la Shoah, de prendre la responsabilité de ce projet ambitieux et délicat.

Florent Brayard a constitué, autour de cette édition critique, une équipe rassemblant les meilleurs spécialistes français de l’histoire du nazisme : Christian Ingrao, chercheur au CNRS et ancien directeur de l’IHTP, Stefan Martens, directeur adjoint de l’Institut historique allemand de Paris, Nicolas Patin, maître de conférences à l’Université de Bordeaux 3 et David Gallo, docteur en histoire et ATER à l’Université de Lyon 2.

De plus, il a constitué un comité scientifique international chargé d’accompagner l’ensemble de l’entreprise, depuis la détermination des principes suivis par l’édition française jusqu’à l’évaluation du travail effectué. Ce comité scientifique mêle des spécialistes incontestables de Mein Kampf, de Hitler ou du nazisme et des historiens de la guerre ou de la persécution des juifs reconnus pour leur stature morale.

Le projet comporte quatre volets complémentaires :

  1. Assurer un transfert de connaissances,
  2. Produire un véritable gain intellectuel,
  3. Décomplexifier la lecture en proposant une lecture scruptuleuse de Mein Kampf avec l’ajout d’introductions permettant d’accompagner le lecteur,
  4. Organiser des manifestations ouvertes à la communauté scientifique.